Publicité

Grâce à un émirat, la bibliothèque de l’université de Coimbra va numériser 30 000 livres anciens

“Un projet de numérisation d’envergure et sans précédent.” C’est en ces termes que Público évoque le sujet qui occupe sa une ce 21 février : grâce à un “financement venu des Émirats”, annonce le journal, “l’université de Coimbra va numériser 30 000 livres anciens de la bibliothèque Joanina”, un petit bijou d’architecture baroque situé sur le campus, qui compte plus de 60 000 ouvrages et que les touristes peuvent visiter.

La une de “Público” du 21 février 2024..
La une de “Público” du 21 février 2024..

Un accord a été signé ce mercredi entre la plus vieille université du Portugal et l’autorité littéraire de Chardja, l’un des sept Émirats arabes unis. Ce territoire de 1,5 million d’habitants, qui mise depuis des années sur les arts et le patrimoine pour se démarquer sur la scène internationale et dont la principale ville a été distinguée par l’Unesco comme capitale mondiale du livre en 2019, va financer ce projet à hauteur de huit millions d’euros.

Carte de situation des Émirats arabes unis et chiffres-clés, sources : PNUD, France Diplomatie, Banque mondiale.
Carte de situation des Émirats arabes unis et chiffres-clés, sources : PNUD, France Diplomatie, Banque mondiale.

L’idée de mettre gratuitement les trésors qu’elle recèle à la disposition des lecteurs du monde entier est venue de Sultan bin Mohammed Al-Qasimi, le cheikh qui dirige l’émirat de Chardja depuis 1972. C’est ce qu’affirme auprès du journal Delfim Leão, le directeur de la bibliothèque Joanina :

“Lorsque l’université lui a décerné un doctorat honoris causa, en 2018, le cheikh a été très impressionné par notre bibliothèque et a immédiatement voulu soutenir un projet de ce type.”

Des œuvres datant du XVIe au XVIIIe siècle

Les premiers livres numérisés, à partir du mois de mars, concernent justement le Moyen-Orient et sont ceux consacrés à “l’Arabie, la Terre sainte, l’Anatolie et l’Assyrie”, ainsi qu’à “la Perse et à la Mongolie”, avec “des cartes, des villes et des coutumes” de ces régions. Ils constitueront une bibliothèque en ligne qui portera le nom du cheikh Al-Qasimi en hommage et pourront être consultés dès le mois de novembre.

Au total, cette numérisation à grande échelle – un “vrai défi technologique”, souligne Público – devrait prendre fin dans six ans. L’impressionnante collection de la bibliothèque Joanina comprend principalement des ouvrages publiés entre le XVIe et le XVIIIe siècle, notamment des éditions originales d’œuvres fondamentales de la culture scientifique européenne.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :