Publicité

Gouvernement Attal : la moitié des ministres sont millionnaires, selon « L’Humanité »

Parmi les ministres les plus fortunés du gouvernement de Gabriel Attal, on trouve Franck Riester et Amélie Oudéa-Castéra.

Lors d’un « séminaire de travail » ministériel à l’hôtel Matignon, à Paris, le 10 février 2024.
MIGUEL MEDINA / AFP Lors d’un « séminaire de travail » ministériel à l’hôtel Matignon, à Paris, le 10 février 2024.

POLITIQUE - Dans le gouvernement d’Élisabeth Borne, 19 des 43 ministres – soit 44 % – étaient millionnaires, comme le révélaient les déclarations de patrimoine rendues publiques par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Dans celui de Gabriel Attal, désormais au complet depuis le 8 février avec 34 ministres, la part de millionnaires est encore plus élevée, à 50 %, souligne L’Humanité ce lundi 12 février.

Si les déclarations de patrimoine des nouveaux ministres ne seront publiques par la HATVP avant plusieurs semaines, L’Humanité, en se basant sur des éléments archivés et exhumés par ses soins, est déjà en mesure de décompter 17 millionnaires dans le gouvernement actuel.

Selon le journal, deux tiers des membres du gouvernement posséderaient un patrimoine au-dessus de 716 000 euros – parmi les 10 % les plus fortunés de France –, la moitié se situerait au-delà de 1,03 million d’euros – parmi les 5 % les plus fortunés – et neuf d’entre eux se trouveraient même dans la tranche des 1 % les plus riches, à plus de 2,2 millions d’euros.

Dans le top des ministres les plus riches, on trouve sur la première marche Franck Riester, au Commerce extérieur. Sa fortune, estimée à 10 millions d’euros, a été bâtie notamment grâce à l’héritage de plusieurs garages et concessions automobiles créées par un aïeul.

Amélie Oudéa-Castéra, 7 millions d’euros

Dans les hautes sphères, on retrouve aussi celle qui a le plus fait parler ces dernières semaines, embourbée dans plusieurs polémiques à l’Éducation nationale avant d’être exfiltrée et de garder uniquement le portefeuille des Sports, de la Jeunesse et des JO : Amélie Oudéa-Castéra et ses 7 millions d’euros, tirés en bonne partie des actions gratuites qu’elle a pu accumuler chez Axa, puis Carrefour.

Suivent non loin, autour de 5 millions d’euros, Éric Dupond-Moretti à la Justice, Roland Lescure à l’Industrie et à l’Énergie, et Jean-Noël Barrot aux Affaires européennes. Le premier s’appuie notamment sur ses émoluments en tant qu’avocats ainsi que ses droits d’auteur et comme acteur de théâtre.

Stanislas Guerini, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, déclarerait lui un patrimoine juste au-dessous des 4 millions d’euros.

Le Premier ministre, Gabriel Attal, disposerait pour sa part d’une assurance-vie évaluée à près de 1,5 million d’euros.

L’Humanité mentionne plusieurs autres millionnaires au sein du gouvernement, sans toutefois préciser le montant de leur fortune : Agnès Pannier-Runacher, Rachida Dati, Dominique Faure, Olivia Grégoire, Fadila Khattabi, Sylvie Retailleau, Christophe Béchu et Marc Fesneau.

Les membres du gouvernement ont maintenant deux mois pour remettre à la HATVP leurs déclarations actualisées d’intérêts et de patrimoine.

VIDÉO - Éducation nationale: la passation de pouvoir entre Amélie Oudéa-Castéra et Nicole Belloubet