"Pas une goutte de sang français": Manuel Valls sort un nouveau livre et veut compter pour 2022

Hugues Garnier
·2 min de lecture
Manuel Valls - AFP
Manuel Valls - AFP

Retour en librairie pour l'ex-Premier ministre. Après une candidature manquée à la mairie de Barcelone, Manuel Valls entend faire son retour politique en France, une réapparition publique qui prend la forme d'un ouvrage intitulé "Pas une goutte de sang français", publié aux éditions Grasset.

Par ce livre, dont Le Point a pu se procurer les bonnes feuilles et publie un long entretien de l'ancien membre du parti socialiste, l'ancien chef du gouvernement français souhaite adresser "un cri d'amour à la France". Son ambition de diriger la capitale catalane en 2019 n'était selon ses dires qu'un "prétexte" pour se réinventer, même s'il "ne regrette aucunement ce choix" qui lui a permis de faire la rencontre de sa compagne.

"J'ai commis des erreurs"

Tout en retraçant son parcours d'immigré espagnol naturalisé à l'âge de 20 ans et son engagement politique débuté aux côtés de Michel Rocard, Manuel Valls revient notamment sur son expérience en tant que locataire de la place Beauvau, puis de Matignon.

"Je me suis trompé, j'ai commis des erreurs [...] mais pas sur l'essentiel: la défense de la République, de la laïcité, l'alarme contre l'islamisme, la lutte contre l'antisémitisme et la haine d'Israël, mon combat contre Dieudonné, mon engagement contre l'extrême droite", confie Manuel Valls à nos confrères du Point, estimant de fait avoir "toute (sa) place pour participer à cette mobilisation pour la République".

Pour lui, pas de doute, la victoire de son ancien ministre de l'Économie en 2017 s'explique par une "envie profonde" du rejet de la droite et de la gauche, les deux partis n'étant pas parvenus à se qualifier au second tour de la présidentielle.

"Une fois élu, il a décidé, par méfiance des corps intermédiaires, de faire un parti unique, LaREM, sans élargir sa base, sans former une vraie coalition politique et sociale", regrette Manuel Valls, qui note que le maintien de pratiques politiciennes après l'élection d'Emmanuel Macron constitue l'"échec dans ce quinquennat".

"Candidat à rien"

L'ex-Premier ministre considère qu'un second tour Le Pen - Macron en 2022 "rend aussi difficile l'émergence d'alternatives" alors que les partis traditionnels peinent selon lui à faire valoir leurs idées sur la scène médiatique.

Manuel Valls soutient néanmoins n'être "candidat à rien" et n'affiche aucune intention de se présenter à la prochaine élection présidentielle ou à n'importe quelle autre échéance électorale.

"Je ne viens pas pour dire: je suis candidat à la présidence de la République, aimez-moi! Cela n'aurait aucun sens", assure l'ancien député socialiste, avant d'affirmer que par son expérience, ses idées et "parce que les faits m'ont aussi donné raison, je suis légitime pour participer à un débat crucial pour mon pays."

Article original publié sur BFMTV.com