Covid-19 : voilà pourquoi le virus est si contagieux

·3 min de lecture
La bouche, une porte d’entrée du coronavirus ?

Une étude suggère que le Covid-19 est capable d’infecter les glandes salivaires et de s’y répliquer. Cette découverte pourrait notamment expliquer la raison pour laquelle le virus est si contagieux, selon les chercheurs.

Les gestes barrières sont capitaux dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Le virus SARS-CoV-2 se transmet en effet très facilement entre les personnes qui sont en contact étroit les unes avec les autres, généralement à moins d’un mètre. L’une des raisons qui expliquerait une telle contagiosité résiderait dans la salive, d’après les résultats d’une recherche publiée dans le Journal of Pathology. "C’est la première fois qu’une étude montre la capacité d’un virus respiratoire à infecter des glandes salivaires et à s’y répliquer, explique Bruno Fernandes Matuck, l’auteur principal de l'étude. Jusqu'à présent, on pensait que seuls les virus qui causent des maladies très répandues telles que l'herpès utilisaient les glandes salivaires comme réservoirs."

Vidéo. Dr Christian Recchia : "Les allergies provoquent des signes identiques au Covid, donc il faut vous tester"

La clé de la réplication ?

Dans le détail, les scientifiques de l’Université de São Paulo, au Brésil, ont réalisé des autopsies sur 24 personnes décédées du coronavirus. Ils ont réalisé des prélèvements sur les glandes salivaires mineures, parotides et sous-mandibulaires. Les résultats de l’analyse ont montré que le virus était présent dans deux tiers de ces tissus, mais pas que. "Grâce à un microscope électronique, l’analyse a détecté non seulement la présence du virus, mais également sa reproduction dans les cellules", soulignent les auteurs de l’étude. Le virus n’est donc pas présent de manière passive dans les cellules des glandes salivaires, mais il les utilise pour s’y répliquer.

Grâce à la protéine spike, le Covid-19 s’accroche aux récepteurs ACE2 et infecte les cellules. Une fois contaminées, elles se répliquent. De précédentes études menées sur les animaux ont montré que d’autres récepteurs peuvent être la cible du virus, notamment la protéine furine, et la protéase transmembranaire 2 (TMPRSS2). Ces deux dernières sont notamment présentes dans les glandes salivaires.

Mieux comprendre comment le Covid-19 entre dans le corps

Les chercheurs prévoient maintenant de déterminer si la bouche peut être un point d'entrée direct pour le SRAS-CoV-2, étant donné que l'ACE2 et le TMPRSS2 se trouvent dans diverses parties de la cavité et dans les tissus des gencives et de la muqueuse buccale. De plus, la bouche a une zone de contact plus grande que la cavité nasale, qui est largement considérée comme la principale voie d'entrée du virus. 

"Nous allons nous associer à des chercheurs de l'Université de Caroline du Nord, aux États-Unis, pour cartographier la présence de ces récepteurs dans la bouche et quantifier la réplication virale dans les tissus buccaux", a conclu Luiz Fernando Ferraz da Silva, un auteur de l'étude. Une autre idée est de déterminer si les personnes âgées ont plus de récepteurs ACE2 dans la bouche que les plus jeunes, compte tenu de la diminution de la sécrétion salivaire avec l'âge.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles