Publicité

Glaces : vous étiez plutôt Côte d’Or ou Häagen-Dazs ? Avec l’inflation, vous êtes maintenant…

Le thermomètre va flirter avec les 25, voire les 30 degrés, ce week-end dans certaines régions de France. Les consommateurs vont-ils se rafraîchir en dégustant des cônes ou des bâtonnets glacés ? Pas sûr. Car les achats plaisir sont passés à la trappe en raison de la crise inflationniste. En 2023, 28% des Français ont déclaré être contraints de faire des concessions sur les produits plaisir pour préserver leur pouvoir d’achat, indique le panéliste NielsenIQ, ce jeudi 4 avril. La preuve, plus de 60 000 consommateurs ont tiré un trait sur leur consommation de glaces l’an passé et les ventes en unité ont reculé de plus de 3% dans les magasins.

Et ceux qui ont continué à s'offrir une pause gourmande ne se sont plus systématiquement orientés vers les célèbres pots de glace Häagen-Dazs, les cônes Extrême ou les bâtonnets Magnum mais plutôt vers les produits à marques de distributeurs (MDD) ou vers les premiers prix. Une vraie révolution ! Car jusqu’à présent, les consommateurs se tournaient essentiellement vers les glaces de marque, qu'ils considèrent comme plus qualitatives. Désormais, les enseignes comme Aldi, Lidl ou Leader Price sont les grands champions des ventes de glaces grâce à des tarifs plus attractifs. «Dans les enseignes discounts (qui commercialisent essentiellement de produits de MDD, ndlr), les ventes de glaces en unité ont progressé de 13% en 2023», explique Sylvie Galliaerde, présidente de l’Association des Entreprises des Glaces, qui regroupe plus de 40 marques (Häagen-Dazs, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Polluants éternels (PFAS) : cuisiner avec une poêle Tefal est-il dangereux pour la santé ?
Feu vert pour le «Pass rail» : on vous explique comment en bénéficier
Inflation : pourquoi les clients des supermarchés demandent leur ticket de caisse
Vous avez été victime d’une «arnaque à la mule» ? Racontez-nous
Pâques 2024 : pourquoi vous paierez vos chocolats au prix fort cette année