Publicité

Gironde: une femme de 68 ans meurt après une intervention chez son dentiste

Une femme de 68 ans est morte d'un arrêt cardiaque après une intervention chez le dentiste l'été dernier, en Gironde. Sa famille soupçonne une surdose d'anésthésiant.

Une femme de 68 ans est morte l'été dernier après une intervention chez le dentiste à Gujan-Mestras, en Gironde. Sa famille a porté plainte pour homicide involontaire, a appris BFMTV, confirmant une information de RTL.

Les faits remontent à juillet 2023. Florence Taillade, une retraitée de 68 ans vivant en Guadeloupe mais originaire de la région bordelaise, doit subir une intervention pour retirer les dents du bas et les remplacer par des implants.

Alors qu'elle est en visite en métropole pour voir sa famille, elle va voir un dentiste dans le bassin d'Arcachon qui l’envoie consulter un confrère à Paris. Ce dernier accepte après un premier rendez-vous de descendre en région bordelaise pour l’opération.

Malaise cardiaque

Le rendez-vous est pris le 3 juillet 2023 dans un cabinet de Gujan-Mestras. Les deux dentistes sont présents. L’opération débute: Florence Taillade reçoit une anesthésie locale, puis son état se dégrade en quelques minutes.

La victime décrit une sensation de malaise et présente une cyanose des lèvres. Puis fait un malaise cardiaque. L’un des dentistes commence alors un massage cardiaque, tandis que l’autre appelle les pompiers.

Arrivés sur place, les secours parviennent à faire repartir le cœur de la patiente. Elle est transportée au CHU de Bordeaux qui pratique de nombreux examens pour comprendre les raisons du malaise. Mais le lendemain, son état se dégrade à nouveau. En état de mort cérébrale, Florence Taillade décède en présence de ses proches. Son corps est incinéré le 10 juillet 2023, sans qu’une autopsie soit pratiquée.

Un surdosage d'anesthésiant suspecté

La famille de Florence a porté plainte en novembre pour homicide involontaire. Dans cette plainte que BFMTV a pu consulter, la famille de la victime "s’interroge sur la qualité de la prise en charge de Florence Taillade par les deux docteurs et sur leur implication dans le décès de leur mère".

La famille soupçonne d'abord un surdosage d’anesthésiant. "La question se pose de savoir pourquoi les dentistes n’ont pas consigné dans le dossier médical de leur patiente les doses injectées à madame Taillade pour l’anesthésie locale", peut-on lire dans la plainte.

Selon eux, "il existe donc un réel doute sur la manière dont a été calculée par les dentistes la dose à injecter pour l’intervention de la patiente".

Une cardiopathie découverte à l'hôpital

Par ailleurs, lors des examens au CHU, une cardiopathie méconnue a été détectée chez la victime. Or selon sa famille, "si des vérifications avaient été préalablement faites par les dentistes, la cardiopathie de la patiente aurait pu être identifiée et les dentistes auraient fait le choix d’une solution anesthésique avec une teneur plus faible en adrénaline".

D’après des documents auxquels BFMTV a eu accès, le CHU émet l’hypothèse d’un possible arrêt cardiorespiratoire dû à une surdose d’anesthésiant.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Faute de dentiste disponible, un Britannique s'arrache une dent avec une pince