Publicité

Giro: Roglic a fait croire à ses rivaux qu'il avait le Covid pour brouiller les pistes

Giro: Roglic a fait croire à ses rivaux qu'il avait le Covid pour brouiller les pistes

Le Covid perturbe encore la saison cycliste à l'image du Tour d'Italie, qui s'est élancé le 6 mai dernier. La Jumbo-Visma en sait quelque chose avec trois coureurs infectés avant le départ du Giro, qui ont été remplacés avant la première étape. Vendredi, le staff de l'équipe néerlandaise a démenti les rumeurs d'un cas de Covid de son leader Primoz Roglic. Sauf que le Slovène n'a pas hésité à jouer avec les bruits l'entourant.

Samedi, à l'occasion de la huitième étape, Primoz Roglic a attaqué dans la montée de Cappuccini dans le final, distançant pour la première fois son grand rival Remco Evenepoel. Seuls Geraint Thomas et Tao Geoghegan Hart, les leaders d'Ineos Grenadiers, ont pu suivre le triple vainqueur du Tour d'Espagne.

A l'arrivée, Geraint Thomas s'est livré à une confession à propos de Primoz Roglic, rapportée par Cyclingnews: "Pas mal pour un gars qui a le Covid. Il m'a dit ça vendredi, qu'il avait le Covid. Alors j'ai dit: 'Tiens-toi loin de moi, alors.'" Si le Britannique ignore s'il s'agit bien d'une boutade du leader de la Jumbo-Visma, le vainqueur du Tour de France 2018 sait bien à quel point son adversaire peut être espiègle: "Il dit toujours qu'il a de mauvaises jambes comme 'Ah, la course est dure, hein. C'est trop dur, hein, je rentre chez moi', a confié l'homme de 36 ans. Et puis il y va et gagne de dix minutes."

Quatre cas de Covid depuis le début du Giro

"Qui sait avec lui, ce n'est qu'une guerre de nerfs", a conclu Geraint Thomas, cinquième du classement général à 52 secondes du maillot rose Andreas Leknessund avant le contre la montre dimanche, long de 35 kilomètres. Interrogé sur la sortie de son coureur, le directeur sportif Marc Reef a trouvé "drôle" cet "aveu" de Roglic avant de dire: "Si tout le monde veut le croire, il faut le croire".

Depuis le début du Giro, quatre coureurs ont abandonné la course en raison d'un test positif au Covid, dont Filippo Ganna. Pour rappel, le protocole de l'UCI a été allégé en début de saison. En cas de test positif d'un coureur, la décision de le laisser en course ou non est décidée de manière collégiale par le médecin de l’équipe concernée, le médecin de l’épreuve et le directeur médical de l’UCI.

Article original publié sur RMC Sport