Les gens sont plus susceptibles de faire un don s’ils pensent en bénéficier également

Johanna Amselem
·2 min de lecture
child and parent hands holding money jar, donation, saving, family finance plan concept

Pour encourager le public à donner, les associations devraient mettre l'accent sur les avantages pour chacun, selon les conclusions d'une récente étude.

Tous les dons sont-ils intéressés ? Selon une étude américaine, il n’y aurait pas d’acte désintéressé. Les chercheurs recommandent aux organismes de bienfaisance de peaufiner leur marketing s’ils veulent recevoir davantage de dons. En effet, pour que le public donne plus d’argent, il doit avoir l’impression qu’il bénéficiera personnellement de ce don.

Les chercheurs ont réalisé des expériences consistant à envoyer des cartes postales promotionnelles, destinées à déclencher des dons de bienfaisance, à 540 000 personnes dans l'État américain de l'Alaska. Les auteurs ont constaté que les cartes postales qui soulignaient les avantages personnels du don augmentaient la probabilité de dons, ainsi que le montant du don.

Envoyer des cartes pour encourager les dons

"Les résultats de notre expérience mettent en évidence l'importance relative des avantages pour soi-même en tant que moteur du don. Nos résultats sont importants pour les théoriciens et les empiristes intéressés par la modélisation des dons de bienfaisance ainsi que pour les praticiens et les décideurs politiques", note l’étude.

Les cartes postales, envoyées à environ 540 000 habitants de l'Alaska, ont encouragés la population à "réchauffer" son cœur en faisant un don à une œuvre de bienfaisance. Ceux qui ont reçu la carte postale "réchauffez votre cœur" ont donné 23% de plus que ceux qui n'ont pas reçu de carte postale, et étaient 6,6% plus susceptibles de faire un don. De plus, les personnes encouragées à "améliorer l'Alaska" étaient plus susceptibles de faire un don que ceux qui n’ont reçu aucune carte postale. "Les messages mettant en évidence les avantages pour les autres ont augmenté la propension à donner, mais il n'y avait aucune preuve d'un effet sur la taille moyenne des dons", soulignent les chercheurs. Ces conclusions ont été publiées dans Nature Human Behavior.

Ce contenu peut également vous intéresser :