Publicité

La gendarmerie a-t-elle fait une erreur en s'équipant d'Alpine A110 ?

Si vous suivez avec assiduité l'actualité automobile, vous n'avez sans doute pas manqué les quelques publications sur les réseaux sociaux et les articles concernant les deux récents accidents d'Alpine A110 appartenant aux Équipes Rapides d'Intervention (ERI) de la gendarmerie.

Ces publications n'ont pas manqué de faire réagir sur la toile, comme ce fut le cas les années passées quand l'une des anciennes Renault Mégane R.S. subissait le même sort.

Toutefois, chez Auto Plus, nous avons voulu en savoir un petit peu plus à ce sujet. En effet, le nombre d'accidents impliquant les berlinettes des forces de l'ordre est étonnement élevé, alors que les autos ont été mises sur la route seulement depuis l'année dernière.

L'an dernier justement, un exemplaire s’était retrouvé sur le toit sur l’autoroute A4. Début novembre, un second modèle a terminé sa course dans le rail sur l’autoroute A36 dans le Doubs puis, quelques jours plus tard, un troisième exemplaire a été accidenté sur une voie rapide des Alpes-Maritimes.

Les mauvaises langues affirmeront sans doute que ces voitures "ne sont pas faites pour les gendarmes", mais à ceux-là nous leur rétorquerons que les femmes et les hommes qui utilisent ces voitures quotidiennement reçoivent une formation par une société de pilote privée. Depuis 2023, cette formation s'effectue d'ailleurs sur le circuit de Nevers Magny-Cours. Celle-ci commence par la position de conduite, le maniement du volant jusqu’au freinage d’urgence, en passant naturellement par les manœuvres d'évitement, les trajectoires ou encore les simulations d’escorte et d’interception.

De ce fait, sauf énorme...Lire la suite sur Autoplus