Publicité

Gaza : le Quai d'Orsay "condamne" les appels à réimplanter des colonies israéliennes

Au lendemain d'une manifestation ayant réuni des milliers de personnes, dont une dizaine de ministres israéliens, à Jérusalem, le Quai d'Orsay a appelé le gouvernement israélien à exprimer une "dénonciation claire de ses positions".

La France a "condamné" ce lundi 29 janvier la tenue d'un rassemblement à Jérusalem, auquel ont participé une dizaine de ministres israéliens, appelant à la réimplantation de colonies israéliennes dans la bande de Gaza et le départ des Palestiniens de ce territoire.

"Il ne revient pas au gouvernement israélien de décider où les Palestiniens doivent vivre sur leurs terres", a déclaré le ministère des Affaires étrangères français dans un communiqué.

Dans l'attente d'une "dénonciation claire"

Quelques milliers d'Israéliens, parmi lesquels des ministres, ont assisté dimanche à ce rassemblement pendant lequel le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été appelé à réinstaller des colonies dans la bande de Gaza, où les combats acharnés continuent entre l'armée israélienne et le mouvement islamiste palestinien Hamas.

Des intervenants ont réclamé l'expulsion des Palestiniens de Gaza, jugeant que la réimplantation de colonies était la seule issue pour assurer la sécurité d'Israël.

"La France condamne la tenue de (cette) conférence" et "attend des autorités israéliennes une dénonciation claire de ces positions", a indiqué le communiqué du Quai d'Orsay.

"L'avenir de la bande de Gaza et de ses habitants s'inscrira dans un État palestinien unifié vivant en paix et en sécurité aux côtés d'Israël", a ajouté le ministère.

"Pas un objectif réaliste" selon Netanyahu

Le Premier ministre israélien n'a jusqu'à présent jamais soutenu une relance des colonies à Gaza, déclarant que le projet n'était "pas un objectif réaliste".

Israël a occupé la bande de Gaza ainsi que la Cisjordanie et Jérusalem-Est depuis la guerre de 1967. Quelque 400 000 Israéliens vivent aujourd'hui en Cisjordanie dans des colonies considérées comme illégales par la majorité de la communauté internationale, aux côtés de trois millions de Palestiniens.

Israël a en revanche retiré ses ressortissants de 21 colonies installées dans la bande de Gaza en 2005. Le territoire abrite 2,4 millions de Palestiniens, dont une grande majorité a été déplacée depuis le début des combats en octobre.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Je ne voyais pas devant moi et je n'arrivais pas à respirer" : un Gazaoui raconte comment un tir de roquette a détruit son quartier