Publicité

Gaza : ce que l'on sait du raid israélien sur l'hôpital al-Shifa

L'armée israélienne a lancé un raid contre l'hôpital al-Shifa de Gaza City, le deuxième depuis le début de sa guerre contre le Hamas.

L'armée israélienne a affirmé avoir tué lundi 18 mars des dizaines de "terroristes" palestiniens et en arrêté plus de 200 lors d'une vaste opération contre al-Shifa, le plus grand complexe hospitalier de la bande de Gaza, qui a poussé des centaines de civils à fuir le secteur bombardé.

· Un raid lancé tôt lundi matin

L'armée israélienne a lancé un assaut "ciblé", tôt lundi matin, dans l'enceinte et aux abords de l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza. "L'opération repose sur des informations indiquant l'utilisation de l'hôpital par des terroristes haut gradés du Hamas", indique un communiqué.

Sur place, des témoins ont confirmé "des opérations aériennes" sur le quartier d'al-Rimal où se trouve l'hôpital, le plus grand de la bande de Gaza, dans lequel seraient tombés des "éclats d'obus". Des habitants de ce quartier central ont affirmé que "plus de 45 chars et véhicules blindés de transport de troupes israéliens" étaient entrés dans al-Rimal.

Les troupes israéliennes ont reçu "des instructions sur l'importance d'opérer avec prudence, ainsi que des mesures à prendre pour éviter de blesser les patients, les civils, le personnel médical", indique Tsahal. "Des personnes parlant arabe ont été amenées sur place pour faciliter les échanges avec les patients", ajoute l'armée, "les patients et le personnel médical ne sont pas obligés d'évacuer". L'armée israélienne a également diffusé ce qu'elle présente comme un extrait d'un échange téléphonique ayant eu lieu "ces derniers jours" entre l'administration de coordination et de liaison israélienne (CLA) et un responsable du ministère de la Santé à Gaza, au cours duquel son représentant explique être "prêt" à fournir de l'aide si "les activités terroristes" au sein de l'hôpital cessent.

Tsahal a ordonné aux civils d'évacuer le secteur, ce que des centaines de personnes ont fait en longeant la côte vers le sud, selon plusieurs témoins.

· Plusieurs "terroristes" tués, des centaines "arrêtés"

"Nous avons éliminé plus de 20 terroristes dans le complexe hospitalier" et "plus de 20 dans la zone autour de l'hôpital", a annoncé le porte-parole de l'armée, le contre-amiral Daniel Hagari dans un communiqué dressant le bilan de l'opération.

"Plus de 200 terroristes présumés" ont été arrêtés, a-t-il ajouté, alors que les troupes israéliennes étaient toujours présentes dans l'hôpital lundi dans la soirée.

Côté israélien, le raid a coûté la vie à un soldat, le sergent-chef Matan Vinogradov, âgé de 20 ans.

Dans des vidéos diffusées sur ses réseaux sociaux, l'armée israélienne indique également avoir découvert d'importantes sommes d'argent liquide. "À côté des fonds se trouvaient des notes de remerciements adressées aux terroristes du Hamas et du Jihad islamique pour leur 'bon travail", précise Tsahal sur X.

"Le Hamas a tenté de reconstruire sa base dans l'hôpital et de l'utiliser comme refuge pour les terroristes en fuite. Nous ne permettrons pas cela et frapperons et continuerons de frapper partout où le Hamas tentera de reprendre le contrôle", assure Daniel Hagari dans son communiqué.

· Le Hamas déplore des "dizaines de morts", l'OMS "préoccupée"

Après le début de l'opération, le ministère de la Santé du Hamas a fait état de "dizaines de morts et de blessés", la plupart des civils, sans donner de chiffre précis, alors que "des dizaines de milliers" de personnes se trouvaient dans l'hôpital.

Un des bâtiments du complexe a pris feu "suite à une frappe aérienne", a-t-il ajouté en déplorant "des dizaines de martyrs". Certains corps ont été amenés depuis les abords de l'hôpital quand d'autres sont restés sur la chaussée, "personne ne pouvant les transporter à l'hôpital en raison de l'intensité des tirs". Dans un communiqué commun, les mouvements palestiniens actifs dans la bande de Gaza ont par ailleurs rejeté la version d'Israël selon laquelle al-Shifa abrite des responsables du Hamas. "Nous confirmons que les récits de l'occupation (Israël, NDLR) sont faux", ont-ils déclaré. "Les hôpitaux sont des bâtiments civils dédiés à la santé, qui n'ont rien fait qui contrevienne à leurs tâches comme elles sont définies par le droit international humanitaire", assurent-ils.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est dite "terriblement préoccupée" par les combats à al-Shifa.

· Deuxième opération à al-Shifa

L'armée israélienne était déjà entrée dans l'hôpital d'al-Shifa le 15 novembre dernier pour y traquer des combattants du Hamas et chercher des otages enlevés le 7 octobre. Depuis, l'établissement ne fonctionne plus qu'a minima et avec une équipe réduite.

Après cette opération d'envergure, l'armée israélienne avait dit avoir trouvé "des munitions, des armes et des équipements militaires" du mouvement islamiste palestinien, ce que le Hamas a démenti. Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, l'armée israélienne a conduit des opérations dans plusieurs hôpitaux du territoire palestinien. Elle accuse régulièrement le Hamas de se servir des établissements de santé comme centres de commandement.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Gaza : les pourparlers de trêve s'intensifient, mais les craintes de famine persistent