Publicité

Guerre Israël-Hamas : ce que l’on sait des deux otages israéliens libérés à Rafah, à la frontière avec l’Égypte

Une opération israélienne, qui a fait « environ 100 morts » selon le Hamas, a abouti à la libération de deux otages âgés de 60 et 70 ans.

Alors que la détention des otages israéliens dans la bande de Gaza est l’un des enjeux clés de la guerre entre l’armée israélienne et le Hamas, deux d’entre eux ont été libérés dans la nuit de dimanche à lundi, après une opération nocturne très meurtrière à Rafah.

• Comment s’est déroulée l’opération ?

Les deux otages ont été libérés après une série de frappes de l’armée israélienne qui ont fait « environ 100 morts » à Rafah, à la frontière avec l’Égypte, selon le ministère de la Santé du Hamas.

Les forces israéliennes ont fait irruption « avec des explosifs » dans un bâtiment de Rafah où étaient détenus ces otages, a indiqué l’armée. « Trois terroristes ont été tués dans l’immeuble où ils étaient détenus », selon un bilan initial de l’armée israélienne.

« Une fusillade a eu lieu et il y a eu des tirs depuis des bâtiments voisins. L’armée de l’air a mené des frappes. De nombreux terroristes ont été tués ainsi qu’un de nos soldats », a déclaré le porte-parole de l’armée, Daniel Hagari.

Au total, les frappes ont touché 14 maisons et trois mosquées dans différents secteurs de Rafah, selon le gouvernement du Hamas.

• Qui sont les deux otages ?

Les deux otages sont Fernando Simon Marman, 60 ans, et Louis Har, 70 ans, ont indiqué les autorités israéliennes. Ils ont été libérés « conjointement par l’armée, le Shin Beth (Sécurité intérieure) et la police israéliennes », selon un communiqué de ces trois services.

De nationalité israélienne et argentine, les deux hommes avaient été enlevés au kibboutz Nir Yitzhak le 7 octobre dernier. Après leur libération, ils ont été héliportés à l’hôpital Sheba, situé à Ramat Gan, près de Tel Aviv, où ils « sont dans un état stable », a assuré Arnon Afek, le directeur de l’établissement. Selon les autorités israéliennes, ils ont pu retrouver leurs familles.

Dans un post sur X, le bureau du président argentin Javier Milei a exprimé « sa gratitude » à l’armée israélienne pour leur libération.

• Est-ce le début d’une offensive israélienne sur Rafah ?

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a ordonné à son armée de préparer une offensive sur Rafah, où se masse actuellement la majeure partie de la population du territoire palestinien, selon l’ONU, suscitant l’inquiétude de la communauté internationale.

Le Hamas a prévenu dimanche qu’une telle offensive « torpillerait » tout accord pour une libération des otages qu’il détient encore à Gaza.

Mais Israël a affirmé que les frappes dans la nuit de dimanche à lundi s’inscrivaient non pas dans le lancement de cette offensive, mais d’une opération pour récupérer les deux otages qui ont pu être libérés.

Rafah est devenue le dernier refuge pour les Palestiniens coincés à la frontière fermée avec l’Égypte, au nombre d’1,4 million selon l’ONU, en grande majorité des déplacés ayant fui la guerre qui fait rage depuis quatre mois.

• Combien reste-t-il d’otages à Gaza ?

Environ 250 personnes ont été enlevées en Israël le 7 octobre et emmenées à Gaza. Une trêve d’une semaine en novembre avait permis la libération de 105 otages en échange de 240 Palestiniens détenus par Israël. Avant la libération des deux derniers otages la nuit dernière, Israël estimait que 132 étaient toujours détenus à Gaza, dont 29 seraient morts.

À voir également sur Le HuffPost :

Bande de Gaza : Netanyahu promet de protéger les civils de Rafah en les exfiltrant plus au nord

Bande de Gaza : pourquoi les dernières déclarations de Netanyahu font si peur à la communauté internationale

VIDÉO - "Je ne voyais pas devant moi et je n'arrivais pas à respirer" : un Gazaoui raconte comment un tir de roquette a détruit son quartier