Gaza : Israël entame une nouvelle semaine de bombardements

L'aviation et la marine israéliennes ont repris tôt lundi 19 novembre leurs bombardements de la bande de Gaza, faisant trois morts dont un enfant de cinq ans, au lendemain de la journée la plus meurtrière de l'offensive de l'Etat hébreu qui a tué 31 Palestiniens.

"Le nombre de martyrs a atteint 80 avec la mort de Nisma Abu Zorr, 23 ans, de Mohammed Abu Zorr, 5 ans et de Ahid al-Qatati, 35 ans, dans un raid aérien" ayant visé le quatier de Zeitun, dans la ville de Gaza, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé de la bande de Gaza, Ashraf al-Qudra.

Depuis le déclenchement mercredi de l'offensive israélienne "Pilier de défense" avec l'assassinat à Gaza du chef des opérations militaires du Hamas, Ahmad Jaabari, 83 personnes ont été tuées : 80 Palestiniens, dont la moitié des civils, et trois civils israéliens. Dimanche a été la journée la plus meurtrière avec 31 Palestiniens tués, en majorité des femmes et des enfants.

Un bâtiment de la police détruit

Outre le raid sur le quartier de Zeitun, l'aviation israélienne a également totalement détruit un bâtiment de la police de la ville de Gaza pendant la nuit de dimanche à lundi. Des navires de guerre israéliens ont également bombardé la bande de Gaza durant la nuit.

Parmi les victimes de dimanche, 11 personnes, dont quatre femmes et cinq enfants, et neuf membres d'une même famille, ont été tués dans l'après-midi dans une frappe aérienne qui a détruit un immeuble de trois étages du quartier de Nasser (nord) dans la ville de Gaza.

"Les Israéliens vont payer"

"Le massacre de la famille Dallou ne restera pas impuni", ont averti les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Gaza : Israël entame une nouvelle semaine de bombardements
31 morts dimanche côté palestinien
Deux roquettes interceptées au-dessus de Tel Aviv
Gaza : un enfant de 18 mois tué dans un raid
L'armée israélienne prête à une opération terrestre
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.