Publicité

Gaza: le Hamas quitte les négociations au Caire, les espoirs de trêve s'éloignent

La délégation du Hamas quitte ce jeudi 7 mars Le Caire où elle est arrivée dimanche pour des discussions en vue d'une trêve dans la bande de Gaza, car les réponses d'Israël "ne répondent pas aux exigences minimales", a indiqué à l'AFP un haut responsable du mouvement islamiste palestinien.

"Les réponses initiales" d'Israël, en guerre contre le Hamas depuis l'attaque sans précédent menée par le mouvement palestinien sur le sol israélien le 7 octobre, "ne répondent pas aux exigences minimales" formulées par le Hamas et relatives notamment à un cessez-le-feu définitif et à un retrait des troupes israéliennes, a déclaré cette source.

Face au désastre humanitaire et au lourd bilan parmi la population civile, les États-Unis, le Qatar et l'Egypte espéraient arracher un accord sur une pause dans les combats avant le ramadan, le mois sacré du jeûne pour les musulmans, qui commence en début de semaine prochaine.

"Victoire totale"

Les discussions commencées dimanche au Caire, sans représentant israélien, portaient sur une possible trêve de six semaines associée à une libération d'otages retenus à Gaza en échange de Palestiniens détenus par Israël, ainsi qu'à l'entrée d'une aide accrue dans le territoire palestinien.

Selon Israël, 130 otages se trouvent encore à Gaza, dont 31 seraient morts, sur environ 250 personnes enlevées le 7 octobre.

Mais le Hamas réclame, avant tout accord sur une libération des otages, un cessez-le-feu définitif, un retrait des troupes israéliennes de Gaza, la reconstruction du territoire et le retour dans leur foyer des centaines de milliers de civils déplacés par la guerre. Israël rejette ces conditions et assure que son offensive se poursuivra jusqu'à l'élimination du Hamas.

Pour parvenir à la "victoire totale", Israël a annoncé préparer une offensive terrestre sur Rafah, une ville située à l'extrême sud de la bande de Gaza, contre la frontière fermée avec l'Egypte, où sont massés, selon l'ONU, près d'un million et demi de Palestiniens.

Article original publié sur BFMTV.com