Publicité

À Gaza, des exécutions et viols de femmes palestiniennes par les forces israéliennes dénoncés par des experts de l'ONU

Les faits ont été commis à Gaza mais aussi en Cisjordanie par les forces israéliennes, selon des experts des Nations Unies. Israël rejette ces allégations.

Le Conseil de sécurité de l’ONU ce 20 février, lors du vote d'un “cessez-le-feu immédiat” à Gaza (AP Photo/Seth Wenig)
Le Conseil de sécurité de l’ONU ce 20 février, lors du vote d'un “cessez-le-feu immédiat” à Gaza (AP Photo/Seth Wenig)

Le communiqué de presse du Haut-Commissariat aux droits de l'homme des Nations Unies fait part de grave accusations envers Israël, ce 19 février. Des experts y rapportent la détention, l'exécution et le viol de centaines de femmes et de filles palestiniennes, de façon arbitraire, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

"Des traitements inhumains et dégradants"

Commis en marge du conflit israélo-palestinien depuis le 7 octobre dernier, les faits ont été perpétrés "par l’armée israélienne ou des forces affiliées", ont indiqué les experts, dans un communiqué repris par Le Soir.

"Des femmes et des filles palestiniennes auraient été arbitrairement exécutées à Gaza, souvent avec des membres de leur famille, y compris leurs enfants (...) dans les endroits où elles cherchaient refuge ou alors qu'ils fuyaient."

Certaines de ces femmes, parmi lesquelles se trouvaient des journalistes, auraient brandi des morceaux de tissu blanc lorsqu’elles ont été tuées.

Le communiqué rapporte également la soumission de ces femmes palestiniennes "à des traitements inhumains et dégradants, privées de serviettes hygiéniques, de nourriture et de médicaments, et rouées de coups". À au moins une occasion, certaines auraient été "enfermées dans une cage, sous la pluie et dans le froid, sans nourriture", à Gaza.

À LIRE AUSSI >> 15 dates pour mieux comprendre le conflit israélo-palestinien

Des agressions sexuelles sont rapportées, ainsi que le viol "d'au moins deux détenues palestiniennes", tandis que d'autres ont été "déshabillées et fouillées par des officiers masculins de l'armée israélienne". Enfin, un nombre inconnu de Palestiniennes, notamment des filles, seraient portées disparues après avoir été en contact avec l’armée israélienne.

Une enquête impartiale demandée à Israël

Le groupe d'experts est constitué de plusieurs femmes spécialisées dans le rapport de discriminations et violences contre les femmes et les filles, notamment dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967. Elles travaillent bénévolement pour les Nations unies et ont fait état de leur affliction et leur "vive préoccupation" face à ces violences.

Elles interpellent le gouvernement israélien sur son "obligation de respecter le droit à la vie, à la sécurité, à la santé et à la dignité des femmes et des filles palestiniennes" et ont demandé une enquête indépendante, impartiale et rapide.

Un groupe d'experts "motivés par leur haine envers Israël"

Ces allégations ont été fermement rejetées par la Mission israélienne de l'ONU, qui évoque sur X un "groupe de soi-disant experts de l'ONU". Selon eux, aucune plainte n'a été reçue par les autorités israéliennes. Ils estiment que les experts de l'ONU sont par ailleurs "restés silencieux concernant les horribles crimes de violences sexuelles commis par le Hamas le 7 octobre". "Il est clair que les cosignataires ne sont pas motivés par la vérité mais par leur haine envers Israël et son peuple", ajoute le tweet, repris par i24News.

VIDÉO - Situation humanitaire catastrophique à Gaza, nouvelle impasse en vue à l'ONU