Publicité

Gaza : douze morts dans des frappes aériennes dont trois chefs du Jihad

Douze Palestiniens, parmi lesquels trois chefs du Jihad islamique, mais aussi des enfants, selon les autorités locales, ont été tués mardi avant l'aube dans des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza. Ces raids, moins d'une semaine après l'annonce d'une trêve entre Israël et les combattants du Jihad islamique dans la bande de Gaza, font craindre une nouvelle spirale de violences, et l'armée israélienne a appelé les Israéliens vivant dans un rayon de 40 km autour de ce territoire à rester près d'un abri, en cas de tirs de roquettes palestiniennes.

Selon l'armée, les frappes ont mobilisé 40 aéronefs et visé notamment trois commandants des Brigades Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique, à Gaza même et à Rafah, à la frontière avec l'Egypte. "Nous avons atteint les buts que nous voulions atteindre", a déclaré à la presse le lieutenant-colonel Richard Hecht, porte-parole de l'armée.

Le Jihad islamique, mouvement qu'Israël qualifie de "terroriste", a confirmé dans un communiqué la mort de trois responsables des Brigades Al-Qods, identifiés comme Jihad Ghannam, le chef des Brigades pour la bande de Gaza, Khalil Al-Bahtini, membre du même conseil et commandant des Brigades pour le nord de la bande de Gaza, et Tareq Ezzedine, "un chef de l'action militaire" du mouvement en Cisjordanie occupée, qu'il coordonnait à partir de Gaza.

À lire aussi Trêve précaire entre Israël et le Jihad islamique, 44 morts à Gaza en trois jours

Les frappes ont fait 12 morts,...


Lire la suite sur ParisMatch