Publicité

Gaza : les discussions en vue d’une trêve se poursuivent ce dimanche à Paris

Une pause de six semaines dans la guerre menée par Israël dans la bande de Gaza, la libération immédiate des enfants, des femmes et des personnes âgées encore détenus par le Hamas, celle d’un nombre important de Palestiniens présents dans les prisons israéliennes, une aide humanitaire accrue à la population gazaouie : tels sont les termes de l’accord en cours de discussion.

“Les phases suivantes verraient le Hamas libérer les militaires israéliens, en commençant par les femmes, et enfin la restitution des dépouilles d’otages décédés”, précise The Wall Street Journal, d’après des informations recueillies auprès des médiateurs américains. “En échange, le Hamas obtiendrait des garanties, notamment de la part des États-Unis, concernant un accord global conduisant à la fin de la guerre qui s’est abattue sur Gaza depuis que les militants du Hamas ont attaqué le sud d’Israël le 7 octobre.”

Vendredi 26 janvier, Jo Biden s’est entretenu par téléphone avec les dirigeants égyptiens et qataris, qui font office d’intermédiaires avec le Hamas, rapporte The New York Times. Ce dimanche, le directeur de la CIA, William J. Burns, fera escale à Paris pour s’entretenir avec des responsables israéliens, égyptiens et qataris. “Si M. Burns fait assez de progrès, Jo Biden pourra envoyer son coordinateur pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, dans la région pour finaliser l’accord” au cours des deux prochaines semaines.

Vers une pause prolongée ?

La semaine dernière, des propos de Benjamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien, mettant en cause les dirigeants du Qatar ont quelque peu jeté de l’huile sur le feu, mais la querelle “n’a pas semblé dissuader les efforts américains visant à mettre fin à la guerre à Gaza”, note le Wall Street Journal. Le quotidien estime que la contribution du directeur de la CIA devrait donner un nouvel élan aux négociations et rappelle que William J. Burns s’est déjà montré un négociateur clé lors de la trêve négociée entre Israël et le Hamas en novembre dernier.

Le cessez-le-feu permanent exigé par le Hamas pour la libération de tous les otages n’est toutefois pas au programme, souligne le quotidien israélien Ha’Aretz. “Les dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza veulent un cessez-le-feu complet (qui le protégerait contre un futur règlement de compte israélien), tandis qu’Israël souhaite une simple pause après laquelle les combats pourraient reprendre.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :