Publicité

Garry Kasparov est désormais considéré par la Russie comme un « terroriste et extrémiste »

Garry Kasparov lors d’une interview à Lisbonne, au Portugal, en novembre 2021.
CARLOS COSTA / AFP Garry Kasparov lors d’une interview à Lisbonne, au Portugal, en novembre 2021.

RUSSIE - L’intéressé voit cela comme « un honneur ». L’opposant en exil et ancien champion d’échecs Garry Kasparov a été placé par la Russie sur la liste des personnes déclarées « terroristes et extrémistes », selon une notice du service russe des renseignements financiers, consultée ce mercredi 6 mars par l’AFP.

Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron a progressivement haussé le ton sur le rôle de la France

En 2022, Garry Kasparov avait déjà été désigné en Russie « agent de l’étranger », un label infamant massivement utilisé contre les opposants, journalistes et militants des droits de l’homme et qui les astreint à de lourdes procédures administratives en Russie.

« Un honneur qui en dit plus sur le régime fasciste de Poutine que sur moi », a-t-il commenté sur X (ex-Twitter). « Comme le disait [Barry] Goldwater [figure du parti conservateur américain et candidat à la présidentielle en 1964], “l’extrémisme pour la défense de la liberté n’est pas un vice et la modération dans la poursuite de la justice n’est pas une vertu” », a-t-il ajouté.

Exilé aux États-Unis depuis 2013

Né en 1963 en Azerbaïdjan soviétique, Garry Kasparov a été l’un des plus grands joueurs d’échecs de l’histoire avant de devenir un opposant farouche à Vladimir Poutine. En 2013, craignant des poursuites judiciaires, il a quitté la Russie et vit désormais aux États-Unis, d’où il continue à dénoncer le pouvoir russe et sa campagne militaire en Ukraine.

Garry Kasparov est célèbre pour son long duel dans les années 1980 avec une autre légende soviétique des échecs, Anatoli Karpov, qui a quant à lui par la suite soutenu Vladimir Poutine et est devenu député dans le parti du président russe.

À voir également sur Le HuffPost :

Allemagne : Espionnage russe et livraison de missiles à l’Ukraine, cette fuite qui embarrasse Scholz

Guerre en Ukraine : Macron revient sur l’envoi de troupes occidentales pour la première fois