Toulouse : la SNCF annule l'amende de l'homme qui avait donné à une mendiante

Un homme a reçu une amende de 100 euros par des agents de la sûreté ferroviaire pour avoir donné 70 centimes d’euros à une mendiante dans une gare.

Un homme avait été verbalisé à hauteur de 100 euros par des agents de la sûreté ferroviaire pour avoir donné 70 centimes d’euros à une mendiante dans une gare. La SNCF a finalement avoué une “maladresse”.

Mercredi 20 novembre, dans le hall de la gare SNCF Matabiau, à Toulouse, un homme écope d’une contravention de 100 euros pour avoir eu la mauvaise idée, semble-t-il, de donner quelques pièces à une mendiante.

En s’arrêtant à un distributeur de billets, l’homme se fait aborder par une dame qui lui demande s’il a de l’argent pour se nourrir, comme il l’a confié à France 3 Occitanie : “Je lui ai dit que je n'avais pas d'argent à lui donner. J'étais d'ailleurs en train de retirer de l'argent. Elle a insisté en me montrant, avec quelques mots de français, les lieux de restauration, demandant à manger. Je me suis donc décidé à voir s'il me restait quelques pièces dans mon portefeuille.”

“Sollicitation de toute nature”

Avant que le Toulousain ne donne les 70 centimes qu’il a trouvés dans son portefeuille, des agents de la sûreté ferroviaire interviennent pour dire au jeune homme que la mendicité dans les lieux publics est interdite. Il explique alors aux agents que la femme n’est pas venue directement lui demander de l’argent, ce à quoi ils répondent que s’il donne les pièces, qu’il a encore dans la main à ce moment-là, il écopera d’une amende. “C'était tellement stupéfiant que j'ai cru que ce n'était pas sérieux et j'ai lâché mes 70 centimes dans la main de la femme”, a-t-il déclaré. Il n’en faut pas moins aux policiers pour le verbaliser à hauteur de 100 euros, avec une contravention portant la mention “Sollicitation de toute nature”.

“Une bonne raison de le faire”

Contactée dans un premier temps par France 3, la SNCF a confirmé la véracité de l’amende en tentant d’expliquer la raison de l’amende : “Sollicitation de toute nature, cela veut dire que vous n'avez pas le droit, dans un lieu public comme une gare, de solliciter les personnes présentes, même pour un sondage par exemple, sans autorisation. De plus, la mendicité est interdite dans les lieux publics. Si cette contravention a été dressée, c'est qu'il y avait une bonne raison de le faire. De toute façon entre la personne verbalisée et le policier, ce sera parole contre parole.”

“Le procès verbal va être annulé”

L’histoire ayant été relayée par plusieurs médias et provoquant un tollé sur les réseaux sociaux, la SNCF a décidé de faire machine arrière en annulant l’amende : "Il y a une maladresse de la part d’un de nos agents. Le procès verbal va être annulé et la SNCF va prendre contact avec le voyageur. L’affaire est allée beaucoup trop loin." L'entreprise ferroviaire a tout de même tenu à se justifier en jugeant que la mendicité "crée un sentiment d’insécurité pour les voyageurs", avant d’ajouter : "On fait beaucoup d’annonces en gare pour demander aux passagers ne pas encourager la mendicité."

Ce contenu peut également vous intéresser :