Gare du Nord : le suspect mis en examen pour tentative d’assassinats et écroué

L'homme soupçonné d'avoir blessé pour une raison indéterminée avec un crochet métallique sept personnes, dont l'une grièvement, mercredi matin à la gare du Nord à Paris a été mis en examen dimanche pour tentative d'assassinats et placé en détention provisoire, selon une source judiciaire.  - Credit:FIRAS ABDULLAH / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
L'homme soupçonné d'avoir blessé pour une raison indéterminée avec un crochet métallique sept personnes, dont l'une grièvement, mercredi matin à la gare du Nord à Paris a été mis en examen dimanche pour tentative d'assassinats et placé en détention provisoire, selon une source judiciaire. - Credit:FIRAS ABDULLAH / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

L'homme soupçonné d'avoir blessé pour une raison indéterminée avec un crochet métallique sept personnes, dont l'une grièvement, mercredi matin à la gare du Nord à Paris a été mis en examen dimanche pour tentative d'assassinats et placé en détention provisoire.

« Les investigations vont désormais se poursuivre, sous la direction d'un magistrat instructeur, et auront notamment pour objet de préciser le déroulement exact des faits, de comprendre les motivations du mis en cause et d'éclairer la personnalité de l'intéressé », a déclaré dans un communiqué la procureure de la République de Paris, Laure Beccuau. Le parquet avait requis la détention provisoire de cet homme qui se dit de nationalité algérienne et âgé de 31 ans, mais son identité « n'est pas, à ce jour, formellement établie », selon la procureure.

Blessé par balle par des policiers lors de son interpellation, il a été hospitalisé. Sa garde à vue avait dû être levée en raison de son état de santé, puis elle a repris samedi et a été levée dimanche en fin de matinée.

Des troubles psychiatriques ?

« Il apparaît connu, sous plusieurs identités, pour des faits de violation de domicile, de vol et de rébellion, faits commis en 2019 et 2021, et se serait vu notifier deux obligations de quitter le territoire français, en 2020 et en septembre 2022 », a précisé la magistrate.

Les faits se sont déroulés mercredi matin, vers 6 h 45 à la gare du Nord, lorsque cet homme s'est « soudainement mis, sans raison apparente à c [...] Lire la suite