Publicité

Galeries Lafayette, Jennyfer… De nouvelles fermetures de magasins de mode en 2024 ?

Camaïeu, Minelli, Burton of London, Naf-Naf, San Marina, Pimkie… Les enseignes de prêt-à-porter et de chaussure qui ont dû baisser le rideau en 2023 ne se comptent même plus sur les doigts d’une main. Au total, 4 000 postes ont été supprimés dans le secteur de la mode en France en 2023, sur un total de 220 000 emplois, avance ce mardi 30 janvier l'Alliance du Commerce, qui réunit les grands magasins, les magasins populaires et les enseignes de l'habillement et de la chaussure.

Parmi les raisons qui expliquent ces fermetures : la crise inflationniste et les tensions sur le pouvoir d'achat, poussant les consommateurs à réduire leurs emplettes «non essentielles». Preuve en est, en quatre ans, les magasins du secteur du prêt-à-porter ont perdu un client sur cinq ! Car même si les hausses de tarifs sont restées contenues sur le segment du textile et de la chaussure, de 4 à 5% environ, selon l’Alliance du Commerce, les Français ont été contraints d'arbitrer leurs dépenses. Face à l’envolée des prix des produits alimentaires (+20% entre 2021 et 2023), de l’énergie, des crédits immobiliers, les consommateurs n’ont pas eu d’autre choix que de se restreindre. Alors la nouvelle paire de chaussures, la parka dernier cri ou encore les chemisiers neufs sont passés à la trappe. D’ailleurs, le chiffre d’affaires du secteur de l'habillement est en recul de 3,5% en 2023, selon le panel Retail INC France, qui compte une soixantaine d’enseignes de mode comme Jules, Eram, Galeries Lafayette. Sont exclues (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Amazon : record de livraisons en 2023 grâce aux robots
Comment acheter un nom de domaine ?
Mauvaise nouvelle : il y aura «encore une hausse» des prix, selon le PDG de Système U
Perceuse, mini four, vidéoprojecteur…Franprix teste la location de matériels
Agriculteurs en colère : quelle est cette fameuse loi Egalim, au cœur des revendications ?