Publicité

Gabriel Attal veut refaire tester la semaine « en » 4 jours : une formule bien différente de la semaine « de » 4 jours

Gabriel Attal a demandé à ses ministres de lancer une expérimentation de la semaine en 4 jours dans leurs administrations centrales et déconcentrées.

Le Premier Ministre Gabriel Attal a annoncé une expérimentation de la semaine en 4 jours dans ses ministères.
EMMANUEL DUNAND / AFP Le Premier Ministre Gabriel Attal a annoncé une expérimentation de la semaine en 4 jours dans ses ministères.

TRAVAIL - Une seule préposition, qui change tout le sens de la phrase. Lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée Nationale, le Premier Ministre Gabriel Attal a annoncé ce mardi 30 janvier le lancement d’une expérimentation dans les ministères, « non pas de la semaine de 4 jours, mais la semaine en 4 jours ».

C’est là toute la différence : la proposition de Gabriel Attal suppose que le salarié fasse le même nombre d’heure que dans une semaine classique, mais en 4 jours. Si son nombre de jours travaillés est bel et bien réduit, son temps de travail effectif reste le même.

L’expérimentation de l’URSSAF Picardie

Cette idée est basée sur une précédente expérimentation qu’il a lui-même lancée, du temps où il était ministre des Comptes Publics. À partir du 1er mars 2023, les salariés de l’URSSAF Picardie ont pu bénéficier de cette semaine en 4 jours, sur base du volontariat. Mais les agents ne se sont vraiment pas bousculés.

Selon un article du Figaro, qui cite les mots de la directrice adjointe de la structure, seulement trois salariés ont décidé d’y avoir recours un mois après le début de l’expérimentation. La raison de ce « fiasco total » ? Faire les 36 heures hebdomadaire en seulement quatre jours suppose de faire des journées de travail beaucoup plus longues.

Un rythme plus intense, donc, qui ne convient effectivement pas à tout le monde, surtout pour les employés qui doivent aussi gérer des questions de garde d’enfants, une charge de travail accrue, ou un temps de trajet important entre le lieu de travail et le domicile.

Les Français favorables

Pourtant, les Français semblent plus favorables à la semaine en 4 jours que ce que les résultats de l’expérimentation laissent penser. Selon un sondage YouGov pour Le HuffPost mené en mai 2023, 75 % des personnes interrogées se disent « pour » le passage à la semaine de quatre jours, à condition de conserver un salaire inchangé.

Surtout, 23 % des Français se disent ouverts à ce nouveau modèle... uniquement si leur temps de travail global est réduit. Ils sont néanmoins 52 % à y être favorables, même s’ils travaillent le même nombre d’heures à l’échelle de la semaine.

Existe-t-il une différence entre la volonté de passer à la semaine en 4 jours et la réalité ? Dans le cas de l’URSAF Picardie, 75 % des salariés potentiellement concernés au sein de l’organisme « trouvaient l’idée intéressante », et 25 % étaient « personnellement intéressés » pour changer avant le lancement de l’expérimentation, qui s’est donc terminée sur un échec, selon toujours Le Figaro.

Des témoignages élogieux

Si l’idée de la semaine de 4 jours séduit autant sur le papier, c’est peut-être en raison des études qui ont été menées ces dernières années et des témoignages de salariés qui l’ont expérimentée, vantant ses vertus aussi bien pour l’employeur que pour l’employé.

Au Royaume-Uni, entre juin et décembre 2022, plus de 60 entreprises ont permis à plus de 3 300 salariés de travailler un jour de moins dans la semaine tout en conservant le même salaire et sans augmenter leur volume d’heures. Et les résultats, publiés en février 2023, sont dithyrambiques : plus de neuf sociétés sur dix ont choisi de poursuivre l’expérimentation, selon un article du Monde.

Les raisons de ce succès sont variées. Du côté des salariés, ces derniers sont plus motivés et leur productivité n’a pas chuté. Au contraire de l’absentéisme, qui a diminué de 66 %, selon les résultats de cette étude menée par l’université de Cambridge et le Boston College pour le compte de « 4 Day Week Global », association à l’origine de l’expérimentation.

Le HuffPost avait recueilli des témoignages de salariés qui bénéficiaient de la semaine de 4 jours. Là aussi, les retours étaient positifs. L’une d’entre elles profitait par exemple de ce jour de repos supplémentaire pour « lire, récupérer ses enfants plus tôt et faire les tâches ménagères qu[’elle] n’aurai[t] pas envie de faire le week-end ». Mais, comme pour les salariés des entreprises anglaises, ses heures en moins n’ont pas été redistribuées sur le reste de la semaine. Pas vraiment ce que souhaite mettre en place Gabriel Attal, donc.

VIDÉO - Semaine de 4 jours en Islande : l'expérience est un immense succès