Publicité

Gabriel Attal précise le calendrier de sa feuille de route, sans faire de nouvelles annonces

Le Premier ministre Gabriel Attal a réuni à Matignon son nouveau gouvernement, avant de détailler sa feuille de route.
Bloomberg / Bloomberg via Getty Images Le Premier ministre Gabriel Attal a réuni à Matignon son nouveau gouvernement, avant de détailler sa feuille de route.

POLITIQUE - Le programme des prochains mois. Après un séminaire de deux heures et demie avec son nouveau gouvernement à Matignon, Gabriel Attal a précisé ce samedi 10 février sa feuille de route et son calendrier dans une interview au Parisien. Dans les grandes lignes, le Premier ministre assure que « dès ce printemps nous réglerons plusieurs urgences », puis viendront un « été de progrès sociaux » et un « automne du travail ».

Parmi les mesures exposées, Gabriel Attal revient sur le temps passé sur les écrans, dont le président Emmanuel Macron a fait une priorité, et annonce son intention de « travailler avec les plates-formes à un vrai verrou numérique » qui empêche les mineurs de moins de 13 ans d’accéder aux réseaux sociaux.

À plus courte échéance, le Premier Ministre prévoit de recevoir en début de semaine les représentants des agriculteurs, alors que la colère du secteur a largement marqué sa prise de fonction.

Un projet de « loi Macron 2 »

Sur le plan économique ensuite, il promet de « lever un à un les carcans qui brident les Français » et annonce qu’un projet de « loi Macron 2 » sera présenté avant l’été « pour libérer l’activité économique, la croissance et le développement industriel ». Et pour la rentrée, le Premier ministre annonce un projet de loi « pour l’acte II de la réforme du marché du travail ».

Il promet également d’avancer au sujet de la solidarité « à la source » : « à la toute fin de l’été, nous allons expérimenter le préremplissage des formulaires de demande de la prime d’activité et du RSA pour lutter contre la fraude et le non-recours. On le généralisera d’ici à 2025 », dit-il.

Après une période de remaniement d’un mois qui a traîné en longueur pour accoucher d’un exécutif sans beaucoup de nouveaux visages, le séminaire de samedi était une occasion pour Gabriel Attal de montrer un « pack gouvernemental » qui est « au travail », selon les mots de Prisca Thevenot, la porte-parole du gouvernement.

Pour le Premier ministre, bousculé à peine nommé par la crise agricole et la fronde des enseignants, et cette semaine par les attaques de l’allié historique du président de la République, François Bayrou, il s’agit de reprendre la main sur le récit de ce début de mandat. « Si l’on n’impose pas nous-mêmes notre propre calendrier politique, on s’expose à des crises à répétition », a-t-on expliqué à Matignon.

Démantèlement des trafics de drogue

La lutte contre le trafic de drogue fait également partie des priorités avec l’annonce dès le mois de mars d’un « nouveau plan anti-stups » tourné vers les villes moyennes. En réponse aux émeutes de l’été dernier, Gabriel Attal prévoit également pour le printemps « des mesures sur la justice des mineurs (afin) d’adapter nos sanctions aux plus jeunes ». Autre mesure : la modification de la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU), qui fixe des quotas de logements sociaux dans certaines communes, sera présentée avant l’été.

Après le séminaire, plusieurs ministres sont immédiatement partis sur le terrain, à l’image du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin qui s’est rendu à Besançon (Doubs) pour y présenter un bilan des 155 opérations « place nette » réalisées ces quatre derniers mois à l’échelle nationale. Selon lui, ce démantèlement des trafics de drogue a conduit à plus de 1 270 interpellations et à la saisie de deux tonnes de drogue.

Le ministre s’est ensuite envolé pour Mayotte où il est attendu ce dimanche 11 février avec la nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, pour aborder la crise sécuritaire et préparer une opération « Wuambushu 2 », « contre la délinquance et l’immigration illégale ».

À voir également sur Le HuffPost :

Remaniement : le macroniste de gauche, une espèce toujours plus menacée après les dernières nominations

Remaniement : Que va faire Pannier-Runacher à l’Agriculture ? Le ministère dévoile ses missions