Publicité

Gabriel Attal annonce nommer un émissaire "chargé d'aller chercher des médecins à l'étranger"

Gabriel Attal donne le cap à la nouvelle ministre du Travail et de la Santé, Catherine Vautrin. Dans sa déclaration de politique générale, ce mardi 30 janvier, le nouveau Premier ministre a livré une série de mesures pour répondre à la crise du système de santé.

Le Premier ministre a notamment annoncé la nomination d'un "émissaire chargé d'aller chercher des médecins à l'étranger qui voudraient exercer en France".

"Malgré le travail de nos soignants, le temps médical manque (...) nos compatriotes ne trouvent pas suffisamment de médecins et les délais aux urgences se rallongent. Cela se traduit par la désertification de notre pays et par la saturation de nos hôpitaux", a posé comme constat le chef du gouvernement.

Pour remédier à cette situation Gabriel Attal promet d'accorder des titres de séjour pérenne à tous les médecins étrangers qui exercent en France. Leur sort était suspendu depuis la loi immigration, promulguée la semaine dernière au Journal Officiel par Emmanuel Macron.

En plus de la recherche de médecins professionnels étrangers, le gouvernement espère également faire revenir les étudiants partis étudier à l'étranger.

Retour des gardes envisagé pour les médecins libéraux

Dans sa prise de parole, le Premier ministre a listé d'autres mesures tournées vers la santé, notamment le déploiement d'un service d'accès aux soins dans tous les départements, faute de quoi, il s'est dit prêt à restaurer "les obligations de garde pour les médecins libéraux, en soirée ou le week-end, dans leurs cabinets, à l'hôpital ou en maison de santé".

Pour garantir un meilleur accès au soin, Gabriel Attal a également évoqué la volonté de lutter contre les rendez-vous médicaux non honorés. "Pour les médecins, il est insupportable d’avoir chaque jour, des patients qui ont un rendez-vous et ne se présentent pas", a-t-il dénoncé.

Il préconise le modèle suivant: "Quand on a un rendez-vous chez le médecin et qu'on ne vient pas sans prévenir, on paye".

Article original publié sur BFMTV.com