Publicité

Gabriel Attal annonce 150 millions d’euros d’aide fiscale et sociale pour les agriculteurs

AGRICULTURE - Parmi les nouvelles annonces de Gabriel Attal liées à la crise agricole ce jeudi 1er février, l’État va consacrer 150 millions d’euros « dès cette année et de façon pérenne » pour soulager la charge fiscale et sociale des éleveurs.

La norme jachère accentue la colère des agriculteurs, voici pourquoi elle fait débat dans la profession

« Nos éleveurs ont besoin d’un soutien spécifique. C’est pourquoi (...) nous leur consacrerons 150 millions d’euros en soutien fiscal et social dès cette année et de façon pérenne. Un travail avec la filière permettra d’en préciser les modalités », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait déjà annoncé une mesure de défiscalisation pour les éleveurs bovins en octobre. Mais la Fédération nationale bovine (FNB) avait fait part la semaine dernière d’une « déception extrêmement forte » des éleveurs à ce sujet.

Renforcement de la loi Egalim

Gabriel Attal a également annoncé ce jeudi le relèvement des seuils d’exonération sur les successions agricoles.

Il s’est engagé à assouplir les règles imposant aux agriculteurs de maintenir des surfaces en prairies en appliquant « une dérogation à l’obligation de réimplantation pendant un an ».

Le Premier ministre a par ailleurs dit vouloir empêcher l’importation en France de fruits et légumes traités avec le pesticide thiaclopride, un produit interdit en Europe.

Il a aussi annoncé un renforcement de la loi Egalim pour protéger la rémunération des agriculteurs.

Ces deux lois, adoptées en 2018 et 2021, visaient à empêcher que les producteurs ne fassent les frais de la guerre des prix féroces entre supermarchés d’une part, et distributeurs et fournisseurs de l’agro-industrie d’autre part.

À voir également sur Le HuffPost :

Agriculteurs : Bruxelles et le Parlement européen déjà paralysés par un millier de tracteurs

L’Assemblée nationale, nouvelle cible des agriculteurs en soutien aux interpellés