Publicité

Gaël Giordana, ex-présentateur de franceinfo révèle avoir été victime de harcèlement moral et sexuel

S’il a obtenu gain de cause devant le tribunal des prud’hommes, le journaliste compte faire appel de la décision pour tenter d’obtenir sa réintégration au sein de la rédaction.

JUSTICE - Une (première) victoire. Gaël Giordana, employé de France Télévisions avant d’être licencié à l’été 2023, sort du silence après avoir remporté son procès aux prud’hommes contre son ancien employeur. Le début de la fin d’un long calvaire pour celui qui présentait la matinale du week-end de franceinfo entre 2022 et 2023.

Jean-François Achilli « abasourdi » par la sanction de Franceinfo pour ses liens supposés avec Bardella

Pour cette affaire, France Télévisions a donc été condamné à une peine lourde et relativement inédite comme le rapporte ce mercredi 27 mars Télérama. Fin janvier, le groupe public a notamment été condamné pour manquement à l’obligation de sécurité sur le lieu de travail, exécution déloyale du contrat de travail, requalification des CDD en CDI et nullité du licenciement. Le groupe doit également lui verser 80 000 euros pour le préjudice subis.

De son côté, France Télévisions a d’ores et déjà fait appel de cette décision. Tout comme Gaël Giordana, qui estime sa réparation « insuffisante », comme l’indique son avocat au magazine.

Autre contretemps pour le journaliste : le tribunal a débouté sa demande de réintégration au sein de l’entreprise. Une motivation supplémentaire pour faire appel, car ce n’est « pas à lui de subir les conséquences du harcèlement qu’il a dénoncé », estime son conseil.

Il faut dire que Gaël Giordana avait enchaîné 74 CDD à franceinfo et France 2 avant d’être remercié par France Télévisions. Mais ce n’est pas tout, quelques semaines avant son licenciement, le journaliste avait révélé être victime de harcèlement sexuel et moral par une collègue, Camille Grenu. Des faits pour lesquels l’employeur de Gaël Giordana a donc été condamné pour harcèlement sexuel et moral.

Camille Grenu mise en cause

Le journaliste de 38 ans a d’ailleurs choisi de s’exprimer après la médiatisation de l’affaire. L’occasion pour lui de revenir sur les faits qui ont conduit à son licenciement. Pour Le Parisien, il explique avoir prévenu sa direction dès février 2023 des « comportements, agissements, propos et messages inappropriés, inadaptés et à caractère sexuel de Camille Grenu » à son encontre. Les deux journalistes étaient amenés à travailler régulièrement ensemble durant la matinale de Franceinfo et « Le 6h info » de France 2 les vendredis, samedis et dimanches.

Il évoque surtout des « intrusions dans (s)a vie personnelle et professionnelle, des contacts physiques non consentis », des messages sur les réseaux sociaux ou des échanges privés. Il parle aussi de « messages graveleux sur (s)a sexualité ».

Des alertes qui n’ont toutefois rien changé, car c’est bien Gaël Giordana qui a été invité à quitter l’antenne quand sa collègue était maintenue à la matinale du week-end. Une décision inconcevable pour le journaliste, relégué à une heure d’antenne moins exposée et donc moins suivie. Ce qu’il disait vivre comme « une sanction ».

Cinq mois après avoir dénoncé les faits à sa hiérarchie, Gaël Giordana était finalement licencié. Mais pour lui, le combat ne fait que commencer car il indique que « ce n’est pas au harcelé de subir les conséquences de la situation et de partir ». Raison pour laquelle il compte faire appel pour retrouver son poste au sein de France Télévisions. « Ces gens m’ont mis au placard, ont brisé mon ascension professionnelle, ma carrière, ma vie privée. Et personne n’a été sanctionné pour cela ».

À voir également sur Le HuffPost :

Pixar : Le licenciement d’Angus MacLane et Galyn Susman provoque la colère des fans

Amazon France : un rapport épingle des conditions de travail délétères dans les entrepôts