Publicité

Gérard Miller : "Une poupée qu’on déshabille…", l’ex-chroniqueur star de Laurent Ruquier accusé de viol sous hypnose

Nouvelle affaire de viol et agressions sexuelles. Mercredi 31 janvier 2024, nos confrères de Elle ont publié une enquête dans laquelle trois femmes accusent le psychanalyste et réalisateur Gérard Miller d’agressions sexuelles et d’un viol. Ces faits présumés se seraient déroulés lors de séances d’hypnose. L'homme visé nie catégoriquement les faits qui lui sont reprochés. Le psychanalyste a assuré à nos confrères "n’avoir jamais abusé sexuellement de quiconque, et ce en aucune circonstance". Quelques jours avant la parution de l'article, il avait écrit sur X avoir été informé qu'un article le mettait "gravement en cause". "Dès que j’aurai eu connaissance de l’article, je réagirai dans les meilleurs délais ici même." Les témoignages sont édifiants. "Soudain, un truc dans mon cerveau m’a sortie de la torpeur. Je me suis dit qu’il se passait quelque chose d’anormal. Il touchait mes seins sous mon pull. J’ai senti aussi sa main passer sur mon sexe, par-dessus le pantalon." C'est la journaliste et autrice Muriel Cousin qui a tenu ses propos dans les colonnes de Elle. Elle fait partie des accusatrices. Ses souvenirs remonteraient à de nombreuses années.

La femme qui accuse Gérard Miller de viol était âgée de 19 ans au moment des faits présumés

La femme qui accuse Gérard Miller était âgée de 19 ans lorsqu'elle l'a rencontré. "Je suis sidérée, c’est comme un piège qui se referme sur moi. Je ne peux plus bouger, je suis (...)

Lire la suite sur Closer

"Ils nous font tous ch***" : Benjamin Castaldi met les choses au point sur la photo des fesses de Flavie Flament
« Je vous vois un peu comme ça » : Léa Salamé mouchée gratuitement par Rachida Dati en plein direct
Alain Delon et Hiromi Rollin : cartes de vœux, dîners… Ces signes que les commerçants de Douchy ont cru percevoir
Bas-Rhin : il assassine son ex-compagne, les détails de son plan sont effrayants
En fuite après un crime horrible, elle est rattrapée grâce à une simple offre d'emploi