Publicité

Gérard Miller accusé de viol : la réaction inattendue du psychanalyste sur le nouveau tournant de l’affaire

Début février, le magazine Elle publiait les témoignages de 41 femmes affirmant avoir été victimes des agissements de Gérard Miller. Le psychanalyste est accusé de viols et d'agressions sexuelles. Vendredi 23 février, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "des faits susceptibles d'être qualifiés de viols et d'agressions sexuelles, parfois sur mineures". Gérard Miller a réagi à la nouvelle au micro de BFMTV. "J’ai pris connaissance ce jour de la décision du parquet de Paris d’ouvrir une enquête concernant les accusations portées contre moi par voie de presse", a déclaré le professeur, qui précise vouloir "réserver sa parole à l'institution judiciaire". L'homme déclare être "certain de n’avoir commis aucune infraction" et se dit "prêt à répondre sur chacun des faits reprochés".

Les victimes présumées prochainement entendues

Toujours selon les informations de BFMTV, le parquet de Paris a reçu les signalements émanant de "six femmes déclarant avoir subi, a minima, des gestes sexués de la part de Gérard Miller auxquels elles relatent ne pas avoir donné leur consentement". Toutes les potentielles victimes seront prochainement entendues, qu'importe si leur récit est qualifié de "témoignage" ou de "plainte". Gérard Miller, qui est présumé innocent, est accusé d'avoir profité de séances d'hypnose pour abuser de plusieurs femmes. Au total, 18 d'entre elles auraient subi "des faits de viols et d'agressions sexuelles (...)

Lire la suite sur Closer

Marion Cotillard : nouvelle coiffure et robe bustier blanche, l’actrice fait une apparition remarquée aux César 2024
Santé mentale : ces aliments qui vous éloignent de la dépression
Lara Fabian : ce rôle qu’elle est prête à jouer dans la prochaine saison de la Star Academy
"Pas l’actrice du siècle" : Dominique Besnehard s’en prend à Nora Hamzawi après son soutien à Judith Godrèche
Jarry "incapable de monter sur scène" : l’humoriste obligé d’annuler des spectacles pour "raisons médicales"