Gérard Depardieu, furieux contre Ayrault, rend son passeport

Gérard Depardieu sort enfin de son mutisme pour s'adresser à Jean-Marc Ayrault dans une lettre ouverte, publiée par le JDD, où il explique ne plus vouloir être français.

Il aura fallu attendre quelques jours pour que Gérard Depardieu s'exprime enfin sur son exil fiscal vers la Belgique. Si les critiques sont venues de toutes parts, celles qui, selon lui, ont mérité une vraie réponse sont celles émanant de Jean-Marc-Ayrault, premier ministre du gouvernement de François Hollande. L'ancien maire de Nantes avait qualifié de ''minable'' sa décision de partir pour le plat pays.

''Qui êtes vous pour me juger ainsi, je vous le demande M. Ayrault, 1er Ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes vous ?'' assène celui qui fait partie des monuments du cinéma français. Il poursuit sa diatribe en estimant avoir été un honnête français : ''Je n'ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j'ai payé 145 millions d'euros d'impôts en 45 ans, je fais travailler 80 personnes. Je ne suis ni à plaindre ni à vanter, mais je refuse le mot ''minable.'' Visiblement touché et vexé, il justifie son exil avec ironie : ''Je pars parce que vous considérez que le succès, la création et le talent doivent être sanctionnés.''

Au final sa décision semble sans appel : ''Je vous rends mon passeport et ma sécurité sociale dont je ne me suis jamais servi. Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai européen, un citoyen du monde, comme mon père me l'a toujours inculqué.''

Puis, celui qui rappelle également qu'il a commencé à travailler à 14 ans comme manutentionnaire termine avec élégance : ''Malgré mes excès, mon appétit et mon amour de la vie, je suis un être libre Monsieur et je vais rester poli.''

Désormais pour trouver Gérard Depardieu, il faura se rendre à un kilomètre de la frontière, dans le petit village de Néchin, en (...) Lire la suite sur CloserMag.fr

Découvrez les confidences de Valérie Trierweiler
Naomi Campbell a encore fait des siennes
Hillary Clinton victime d'une commotion cérébrale

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.