Géopolitique. Le Danemark perd de son influence dans l’Arctique

·1 min de lecture

Le secrétaire d’État américain a fait un crochet par Copenhague avant le sommet sur l’Arctique des 19 et 20 mai, au cours duquel Américains et Russes devraient confronter leurs ambitions dans la zone. Un numéro d’équilibrisme pour le royaume du Danemark.

“Le Danemark doit se contenter d’un plus petit rôle au Groenland et dans l’Arctique”, note à sa une du 18 mai le quotidien danois Information. La veille, le gouvernement danois recevait à Copenhague le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, avant une réunion du Conseil de l’Arctique en Islande les 19 et 20 mai (réunissant la Russie, le Danemark, La Norvège, la Suède, la Finlande, l’Islande, les États-Unis et le Canada).

Lors de la visite du chef de la diplomatie américaine, le ministre des Affaires étrangères danois, Jeppe Kofod, a été réduit au rôle d’“hôte poli”, note le journal. Selon le titre, Blinken était surtout dans la capitale danoise pour rencontrer Pele Broberg, ministre groenlandais des Affaires étrangères, et Jenis av Rana, son homologue féroïen. Le Groenland et les îles Féroé sont deux territoires autonomes constitutifs du royaume de Danemark.

À lire aussi: Diplomatie. L’Union européenne rêve de s’implanter dans l’Arctique

Les Groenlandais, et dans une moindre mesure les Féroïens, n’acceptent plus de jouer un rôle secondaire dans les négociations internationales sur l’Arctique comme celles qui vont se dérouler à Reykjavik, note le journal. Le centre de gravité du Rigsfællesskabet (le nom donné en danois à l’entité rassemblant Danemark, Groenland et Féroé) se déplace, analyse Information :

Soudain, le gouvernement danois doit à la fois satisfaire les demandes américaines pour une présence militaire renforcée [dans la zone], et en même

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles