Géopolitique des batteries : "le cuivre sera l’élément le plus critique à l’horizon 2050"

·2 min de lecture

Lors du webinaire sur les conséquences géopolitiques de l'essor des batteries du 21 avril 2021, trois spécialistes ont analysé l’évolution possible de cette production, au niveau technologique et politique.

A l’heure de la transition énergétique, les batteries sont en plein essor car elles permettent d’électriser les véhicules, dont l'usage permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). Si , les batteries restent néanmoins au cœur d'une compétition frénétique, ces dispositifs étant de plus en plus efficaces et de moins en moins chers. D’ici 2030, la demande mondiale pourrait d'ailleurs être multipliée par 10. Lors du webinaire sur la production mondiale de batteries du 21 avril 2021, trois spécialistes ont analysé l’évolution possible de cette production, au niveau technologique, mais surtout géopolitique. Cet échange, animé par Dominique Leglu, directrice éditoriale de Sciences et Avenir - La Recherche, .

Un développement durable des batteries nécessite beaucoup d’électrisation. Et que cette électrisation soit elle-même durable

Emmanuel Hache, économiste et prospectiviste à l’IFPEN, rappelle le caractère essentiel en géopolitique des matières premières. C'est aussi vrai sur la question des véhicules électriques (VE) ou que sur celle de la transition énergétique en général avec le développement des ENR, les énergies renouvelables. Ces ressources n’étant pas réparties uniformément, leurs emplacements et leur exploitation déterminent leur coût économique, et induisent des rapports de force entre différents États, une compétition actuellement largement dominée par la Chine et les États-Unis.

Deux scénarios explicitant la consommation des ressources en matières premières à horizon 2050 on été présentés, leur différence étant le réchauffement climatique global, atteignant +2°C ou +4°C. L’épuisement des ressources est bien plus fort pour le scénario le moins chaud, car il signifie une transition énergétique plus rapide et intense, donc l'utilisation importante des matériaux nécessaires comme le lithium, le cobalt, le cuivre ou le nickel. Ainsi, "le cuivre sera l’élément le plus critique à l’horizon 2050", explique Emmanuel Hache. Déjà utilisé dans toutes les[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi