Publicité

Des géologues l’affirment : nous ne sommes pas entrés dans l’anthropocène

Une commission chargée de définir les ères géologiques a rejeté la notion d’anthropocène qui devait marquer l’influence croissante de l’humain sur la Terre. En conséquence, nous restons dans l’holocène.

Quinze ans de débats scientifiques viennent de s’achever à l’issue d’une procédure très peu transparente. Le 21 mars 2024, l’Union internationale des sciences géologiques (IUGS) a publié un communiqué lapidaire informant qu’à l’issue d’un vote, les membres de la sous-commission chargée de la stratigraphie de l’ère quaternaire avaient définitivement rejeté la notion d’anthropocène.

Le "clou d'or"

L’humanité n’est donc pas entrée dans une nouvelle ère géologique et reste donc dans l’holocène, qui a débuté il y a 11.700 ans. Ce changement devait officialiser le fait que l’humain a si profondément modifié l’environnement terrestre, pollué air, eaux et sols et changé le climat qu’il en a créé de nouvelles conditions de vie pour la planète entière. Ce terme a été formulé pour la première fois en 2000 par deux Américains, le climatologue Paul Crutzen et le biologiste Eugene Stoermer.

En 2009, un congrès de l’IUGS a décidé de l’instauration de la sous-commission chargée d’étudier les propositions de point stratotypique mondial. Pour marquer le début d’une nouvelle ère, la règle est en effet de définir un endroit dans le monde où les couches géologiques contiennent l’information d’un changement des conditions de vie affectant l’ensemble de la planète. Ce point est aussi appelé "clou d’or". Celui de l’holocène est situé au centre du Groenland, sur le site de forage de l’inlandsis du North Greenland Ice Core Project (NorthGRIP) où les carottes de glace ont permis de retracer l’histoire climatique des derniers millénaires.

Ce "clou d’or" est un marqueur climatique basé sur une augmentation importante de deutérium, un isotope de l’hydrogène, trahissant un réchauffement global de la planète il y a donc 11.700 ans. Il a été définitivement adopté en 2008.

Un lac canadien isolé et symbolique des pollutions humaines

Les propositions de clou d’or de l’anthropocène ont été nombreuses et très variées. Paul Crutzen et Eugene Stoermer avaient proposé 1850 et le début de l’ère industrielle[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi