Publicité

Les Géminides, pluie d’étoiles filantes, vont illuminer le ciel à partir de ce jeudi

Une pluie d’étoiles filantes débute ce 7 décembre 2023 et va durer jusqu’au 17 décembre.
HENDRIK SCHMIDT / AFP Une pluie d’étoiles filantes débute ce 7 décembre 2023 et va durer jusqu’au 17 décembre.

ESPACE - Amoureux de l’espace préparez-vous, la pluie d’étoiles filantes hivernale revient. À partir de ce jeudi 7 décembre au soir et pendant une dizaine de jours, les Géminides vont, comme chaque année, illuminer le ciel de l’hémisphère nord. Le pic aura lieu dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 décembre.

Les Géminides est le nom donné à cette pluie d’étoiles filantes. Par « étoiles filantes », le langage courant désigne en fait « des grains de poussières tout petits (...) qui entrent dans l’atmosphère terrestre à une vitesse énorme », détaille Simon Nicolas, astrophysicien interrogé par France 3 Normandie.

« Ils parcourent plusieurs kilomètres par seconde et vont brûler dans l’atmosphère, ce qui donne la lumière que l’on appelle étoile filante », précise-t-il. Quant au nom Géminides, il vient du fait que ces étoiles filantes « donnent l’impression de venir de la constellation des Gémeaux en raison d’une illusion d’optique », explique Simon Nicolas.

Pour observer, il faut s’éloigner de la lumière

Ces météores viennent en fait d’un « nuage de poussière » que traverse la Terre traverse à cette époque de l’année. Il est causé par Phaéton, une sorte d’astéroïde ou de comète dont les caractéristiques inhabituelles intriguent la communauté scientifique, souligne la Nasa. En raison de l’absence de gravité, le nuage de poussière reste à sa place et la Terre le traverse tous les ans début décembre.

Comme l’explique la Nasa, les Géminides sont apparues vers la moitié des années 1800. Au début, seules 10 à 20 météores étaient visibles par heure, mais l’activité a fortement évolué depuis puisqu’il est désormais possible de voir jusqu’à 120 étoiles filantes par heure.

Pour les courageux qui voudraient braver le froid et observer le ciel, notez qu’il faut s’éloigner des sources de lumière afin de profiter du spectacle. Dans l’idéal, il faut donc quitter la ville et se réfugier loin de la pollution lumineuse. Difficulté supplémentaire en hiver : la météo doit être de la partie pour que les nuages ne gâchent pas la vue.

À voir également sur Le HuffPost :

  

Astronomie : Ces planètes deviennent plus petites mais la Nasa sait désormais pourquoi

La chute d’une météorite à Strasbourg a-t-elle fait un trou dans le toit d’une voiture ? La police et les pompiers s’interrogent