Le futur « mur urbain » de la gare d’Austerlitz fâche l’opposition

Source AFP
·1 min de lecture
Le projet prévoit la construction de 50 000 m2 de bureaux et d'hôtel entre la gare et la Pitié-Salpêtrière.
Le projet prévoit la construction de 50 000 m2 de bureaux et d'hôtel entre la gare et la Pitié-Salpêtrière.

Un site commercial et végétalisé pour les uns, une verrue pour les autres. Les groupes écologiste, Républicain et indépendants du Conseil de Paris ont uni leurs voix jeudi pour demander une révision du projet de la gare d'Austerlitz, qui prévoit la construction de 50 000 mètres carrés de bureaux et d'hôtels entre la gare et la Pitié-Salpêtrière. Malgré l'avis défavorable de l'exécutif parisien et les votes contre des groupes socialiste et communiste, les v?ux des trois groupes (non contraignants) ont été adoptés à la majorité.

« Nous allons les prendre en compte sans contrevenir aux engagements juridiquement contraignants pris par le Conseil » dans une délibération datant de septembre 2018, a commenté à l'AFP le premier adjoint (PS) Emmanuel Grégoire, qui rappelle qu'« on ne peut pas déjuger des décisions exécutoires ». Le groupe Génération·s, présent dans la majorité de la maire PS Anne Hidalgo comme EELV, a soutenu les v?ux écologiste et indépendant, qui dénoncent « la création d'un mur urbain de 37 mètres de haut sur 300 mètres de long écrasant le patrimoine historique environnant ».

« Aberration »

La maire ex-LR du 5e arrondissement, Florence Berthout (indépendants, proches de LREM), a critiqué un projet « tout à fait anachronique » avec une « concentration excessive de commerces » qui menace ceux de son arrondissement. L'élue LFI Danielle Simonnet dénonce un nouveau « scandale », après le projet de rénovation de la gare du Nord, « au profit d'un gigantes [...] Lire la suite