Publicité

"Ce fut incroyablement éprouvant" : Luc Besson revient sur le tournage de son film culte Subway (France 5)

Depuis son inauguration, en 1900, on ne compte plus les scènes qui ont été tournées dans le métro parisien. Certaines sont devenues cultes : Belmondo sur le toit d’une rame de la ligne 6, dans Peur sur la ville, les trois potes de banlieue, dans La Haine, coursés par la police sur les voies de la station Châtelet-les-Halles, le tandem d’aviateurs anglais de La Grande Vadrouille, coincés dans un wagon bondé… En 1985, débarque Subway, dans lequel Luc Besson, révélé deux ans plus tôt par Le Dernier Combat, envisage le métro comme un territoire de fiction à part entière et décide de poser ses caméras sous les hauts plafonds de la station Aubert, sur la ligne du RER A.

À lire également

"Je vais commencer à fatiguer" : Luc Besson évoque sa retraite de cinéaste dans Quelle Époque ! (VIDEO)

Une cathédrale de béton et de néons, avec ses orange vifs, ses couloirs larges comme des avenues, ses Escalators sans fin… « Luc ne voulait surtout pas que le scénario traîne sur le plateau […] Il avait installé le culte du secret dès le départ. Il voulait vraiment être le premier à faire un film qui se passe entièrement dans le métro, et redoutait de se faire doubler », se souvenait Didier Grousset, l’assistant-réalisateur, dans les pages du magazine Studio. Certains décors ont été reconstitués par le peintre et grand chef décorateur Alexandre Trauner (Les Enfants du paradis, Hôtel du Nord…). Besson s’était souvenu qu’il avait aussi reconstitué la station aérienne de Barbès pour Les Portes de la nuit, de Marcel Carné.

UN UNIVERS PARALLÈLE

Le futur réalisateur du Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi