Fusillades dans une école et un bureau de recrutement militaire en Russie

Capture d’écran / @nexta_tv sur Twitter

Une fusillade est survenue le lundi 26 septembre au matin dans une école de la ville d’Ijevsk, en république d’Oudmourtie, à environ 1 000 kilomètres à l’est de Moscou. Un nouveau bilan communiqué en milieu d’après-midi et cité par Gazeta.ru faisait état de 15 morts dont 11 enfants, et 24 blessées, majoritairement des mineurs.

L’attaque a été qualifiée d’“attentat terroriste” par le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Vladimir Poutine a fait part de sa “profonde affliction” concernant “la tragédie de l’école d’Ijevsk” et deux ministres fédéraux se sont rendus sur place. Un deuil est décrété jusqu’au 29 septembre dans la république d’Oudmourtie.

Symboles nazis

“Un inconnu vêtu de noir a fait irruption dans une classe de l’école N°88 d’Ijevsk et a fait feu sur les élèves”, rapporte le tabloïd russe Moskovski komsomolets. Le gardien aurait tenté de l’arrêter, mais l’individu lui a tiré dessus entraînant sa mort. Le ministère de l’Intérieur russe a précisé sur sa chaîne Telegram que le tireur s’est suicidé et que son corps a été retrouvé.

Les autorités ont déterminé l’identité de l’assaillant. Il s’agit d’Artiom Kazantsev, 34 ans, natif d’Ijevsk et ancien élève de l’école N° 88. Il portait une cagoule et un pull noir orné de symboles nazis. Une enquête a été ouverte pour déterminer s’il était “adepte de l’idéologie nazie”, ont-elles précisé. Les forces de l’ordre ont informé que l’individu portait deux armes dotées de munitions de combat. Sur les chargeurs était inscrit le mot “Haine”.

Selon le quotidien Moskovski komsomolets, l’homme avait séjourné à l’hôpital psychiatrique d’Ijevsk et été diagnostiqué schizophrène en 2009. Malgré un suivi qui devait être obligatoire, il n’y était plus réapparu.

Ci-dessous, les images de l’évacuation diffusées par la chaîne russe Nexta TV :

Une autre agression à l’arme à feu a eu lieu cette même matinée dans un bureau de recrutement militaire à Oust-Ilimsk, dans la région d’Irkoutsk en Sibérie. Le journal économique RBK a recueilli le témoignage de Sergueï Chevtechenko qui s’était rendu sur les lieux afin de déposer ses papiers pour la mobilisation.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :