Publicité

La fusée Starship de SpaceX a réussi son troisième décollage mais la suite n’a pas été un franc succès

ESPACE - Décollage réussi ! Starship, la plus grande fusée au monde jamais construite s’est envolée depuis la base spatiale « Starbase » de SpaceX, à Boca Chica, dans l’extrême sud du Texas. Ce troisième vol d’essai, ce jeudi 14 mars, a connu plus de succès que les deux précédents qui s’étaient soldés par des explosions en plein vol au bout de quelques minutes. Mais tout ne s’est pas non plus passé comme prévu.

Ariane 6 arrive (très) en retard face à SpaceX, mais elle a un sacré atout dans sa manche

Il est 14h25 et la fusée de 120 mètres de haut s’élance dans un panache de fumée et en émettant un bruit fracassant. 2 minutes et 50 secondes après le décollage, le booster Super Heavy est séparé de l’étage supérieur de la fusée appelée Starship. Une opération qui, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, se déroule correctement et sous les acclamations des employés de SpaceX que l’on peut entendre sur la retransmission en direct de l’entreprise d’Elon Musk.

Contact perdu avec le booster et la fusée

Tandis que Starship continue son chemin vers l’espace, le booster redescend sur Terre. SpaceX est connu pour avoir développé des lanceurs réutilisables sur ses fusées et espère donc réitérer l’exploit en récupérant le Super Heavy qui doit atterrir dans le golfe du Mexique. Pour se faire les moteurs du booster, coupés juste avant la phase de séparation, doivent être rallumés afin d’ajuster la trajectoire. Mais 7 minutes après le décollage, la communication avec le Super Heavy se coupe. Premier échec

De son côté, Starship est passé en mode croisière. SpaceX en profite donc pour effectuer certains tests dont l’ouverture et la fermeture de la porte de chargement du véhicule. Au bout de 45 minutes de vol, Starship commence alors sa rentrée dans l’atmosphère terrestre.

C’est la partie la plus compliquée de la mission puisque l’engin arrive à une vitesse atteignant 27 000km/h et doit donc supporter des chaleurs extrêmes. Mais trois minutes plus tard, le signal se coupe, le vaisseau est « perdu ». Il n’amerrira donc pas dans l’océan Indien comme c’était prévu sur le plan de vol.

À voir également sur Le HuffPost :

Starship : Elon Musk et SpaceX ont dû procéder à de nombreux changements pour que la fusée redécolle