Publicité

Fumi Nagasaka, un regard japonais sur la jeunesse de l’Amérique rurale

Ça ressemble à quoi, une petite ville des États-Unis au XXIe siècle ?

En 2016, la photographe japonaise Fumi Nagasaka, installée à New York depuis quinze ans, est choquée par la campagne de Donald Trump. Elle discute de l’état du pays avec son amie Tanya Rouse, qui l’invite, pour mieux le comprendre, à découvrir sa ville natale : Dora, 2 299 habitants, dans l’Alabama, à une demi-heure de route de la grande ville du coin, Birmingham, 200 000 habitants.

Le Sud profond, dont la Japonaise ne connaît rien, raconte le magazine Huck.

“Matthew in His Car”, 2019.. Photo Fumi Nagasaka
“Matthew in His Car”, 2019.. Photo Fumi Nagasaka

Pendant six ans, Fumi Nagasaka va photographier Dora et ses habitants. Elle en a tiré un livre, Dora, Yerkwood, Walker County, Alabama (publié en novembre aux éditions Gost, non traduit en français), unanimement salué par la presse anglo-saxonne.

“Florist”, 2018.. Photo Fumi Nagasaka
“Florist”, 2018.. Photo Fumi Nagasaka
Dora, en Alabama, aux États-Unis.. COURRIER INTERNATIONAL
Dora, en Alabama, aux États-Unis.. COURRIER INTERNATIONAL

“Quand je suis arrivée là-bas, j’ai été sous le choc, confie-t-elle au magazine britannique AnOther. C’était une petite ville rurale, le style de vie était si différent. J’ai commencé à apprendre beaucoup de choses.”

Photographe de mode renommée, connue et récompensée pour son travail sur la jeunesse, Fumi Nagasaka “s’est d’abord heurtée au scepticisme et à une certaine résistance face à une femme originaire d’Asie de l’Est qui se promenait en demandant l’autorisation de prendre des photos”, explique Huck.

“Nolan at His Dad’s Chicken Coop”, 2020.. Photo Fumi Nagasaka
“Nolan at His Dad’s Chicken Coop”, 2020.. Photo Fumi Nagasaka

“Beaucoup de gens avaient peur que je prenne des photos, [en particulier] de leurs enfants. Ils ne savaient pas qui j’étais ni ce que je faisais – un grand-père pensait que je vendais des photos à un site porno.”

Fumi Nagasaka dans “AnOther Magazine”

“Pour y remédier, elle contacte le journal local [le Daily Mountain Eagle]”, raconte CNN. “Tout le monde le lit, explique la photographe à la chaîne américaine. Nous avons parlé de mon projet et un article a été publié. Les gens ont commencé à comprendre ce que je faisais.”

Chaque année, Fumi Nagasaka et Tanya Rouse reviennent à Dora. Devenue proche de nombreux habitants, la Japonaise entame un travail photographique dans la durée, se concentrant sur son sujet de prédilection, la jeunesse.

[...] Lire la suite sur Courrier international