Frontières. Hydrocarbures offshore : la Syrie cherche-t-elle à empiéter sur les eaux libanaises ?

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Le pouvoir syrien a donné à une société russe le droit de prospecter dans une zone maritime riche en pétrole et en gaz qui semble mordre sur la zone économique exclusive de son voisin. Au Liban, le sujet divise.

“Le régime syrien menace les droits pétroliers du Liban”, titre le journal panarabe Al-Araby Al-Jadid après que Damas a autorisé une société russe à explorer une zone maritime “qui empiète sur les eaux territoriales libanaises” voisines à la recherche de pétrole et de gaz offshore.

Sur la base d’un accord signé en avril 2020, approuvé par le gouvernement syrien mardi 16 mars et ratifié mercredi 31 mars par le président syrien, Bachar El-Assad, la Syrie a attribué à la compagnie Kapital un droit exclusif d’exploration d’une durée de quatre ans sur une zone de 2 250 km2 au large des côtes de Tartous, dans le sud de la côte syrienne, explique Al-Araby Al-Jadid dans un autre article.

Cet accord est susceptible de “provoquer une nouvelle crise frontalière entre le Liban et la Syrie”, estime le quotidien saoudien Arab News.

Selon la démarcation [de cette zone], la Syrie empiète sur 750 km2 du territoire libanais.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :