Vous avez des fringales ? Peut être que votre microbiote est responsable

![CDATA[Shutterstock]]

Il y a des moments où on peut se contenter de ne manger qu'un bonbon, et d'autres où il nous paraît impossible de s'arrêter avant d'avoir fini le paquet. A-t-on davantage faim dans le second cas ? Pas forcément. On est glouton, on s'enfile le sachet par pur plaisir, entraînés dans une spirale gourmande contre laquelle on a l'impression de ne pas pouvoir lutter. Des chercheurs viennent de publier une étude dans la revue Current Biology qui pourrait peut-être expliquer pourquoi nos réactions diffèrent face aux aliments appétissants.

D'abord, par "aliments appétissants", il faut comprendre : sucre. Les scientifiques ont étudié des souris qu'ils ont divisé en deux groupes. Ils ont modifié volontairement le microbiote intestinal d'une partie d'entre elles en leur donnant des antibiotiques sur 4 semaines. De cette manière, leurs bactéries ont été perturbées. L'autre groupe avait un microbiote sain.

Notre rapport à la nourriture dicté par notre intestin

Ensuite, ils les ont exposées à des pastilles de sucre et ont observé leur comportement. Les souris qui avaient un microbiote sain ont eu un rapport beaucoup plus réservé au sucre, elles ont consommé 50% de moins que leurs voisines sous antibiotiques. Lors d'un autre test, elles devaient appuyer sur un bouton pour réclamer du sucre (soit produire un effort) : celles au microbiote perturbé n'ont pas cessé de réclamer, quand les autres ont renoncé, rassasiées plus vite.

Selon les chercheurs, il y aurait (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Douleur à l'oreille, incapacité de tirer la langue… Quels sont les symptômes moins connus d'un cancer de la bouche ?
VIH : écoutez bien cette nouvelle version de Banana Split
Androcur : une baisse significative du risque de méningiome grâce aux mesures prises en 2018
Infections à méningocoque : un mort a été confirmé parmi les cas enregistrés à Strasbourg
Les vêtements de la marque Shein épinglés par Greenpeace en raison de substances toxiques