Publicité

Pour France Télévisions, la décision du conseil d’État sur le pluralisme sera « compliquée » à instaurer

Selon Delphine Ernotte Cunci (ici présente en 2022), la décision du conseil d’État sur le pluralisme sera « compliquée » à instaurer
XAVIER LEOTY / AFP Selon Delphine Ernotte Cunci (ici présente en 2022), la décision du conseil d’État sur le pluralisme sera « compliquée » à instaurer

TÉLÉVISION - C’est une annonce qui avait divisé l’opinion publique. La récente décision du Conseil d’État demandant un contrôle renforcé du pluralisme des chaînes va être « assez compliquée » à mettre en œuvre, a estimé Delphine Ernotte Cunci, présidente du groupe France Télévisions, devant les députés ce jeudi 7 mars.

CNews et BFMTV ont encore du travail en matière de parité à l’antenne d’après ce rapport de l’Arcom

Une demande qui apparaît presque inapplicable selon les dires de la présidente de l’audiovisuel public. « Je comprends l’enjeu du pluralisme, néanmoins, je m’interroge sur la manière dont tout ça va se mettre en place », a-t-elle dit, auditionnée par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’attribution des fréquences de la TNT.

« Tout ça me semble assez compliqué », a-t-elle poursuivi, jugeant que France Télévisions avait déjà à cœur de faire respecter un « équilibre » sur ses antennes.

Impossible à mettre en place ?

« Il me semble par exemple impossible de demander à un éditorialiste quelle est sa couleur politique du moment », a renchéri Delphine Ernotte Cunci, estimant « qu’un individu peut voter d’une certaine manière mais avoir sur un autre sujet un avis qui diffère du parti politique pour lequel il a voté ».

Si elle est sceptique sur ce projet, la présidente de France Télévisions a annoncé faire « confiance à l’Arcom », le régulateur de l’audiovisuel pour « mettre en œuvre ceci dans le respect de l’essence de la loi de 1986 » sur l’audiovisuel, qui est une « loi de liberté d’expression ».

« Je comprends l’esprit de la décision du Conseil d’État, mais suis plus circonspecte sur la lettre et son application », avait-elle déjà déclaré dans un entretien au mensuel conservateur Causeur paru ce mercredi 6 mars.

Les propos de Delphine Ernotte Cunci interviennent après la demande du 13 février du Conseil d’État à l’Arcom de contrôler le pluralisme des télés et des radios, suite à un recours de Reporters sans Frontières. Il visait la chaîne d’info CNews, accusée d’être « un média d’opinion » marquée à l’extrême droite, ce qu’elle conteste.

Questionnée pour savoir si elle approuverait « la fermeture de CNews », la patronne de France Télévisions a répondu par la négative. « Non, je ne veux pas la mort de CNews. Mais il est normal qu’elle respecte les règles, comme tout le monde ».

À voir également sur Le HuffPost :

CNews joue son avenir avec le renouvellement des fréquences TNT à partir de ce mercredi

Michel Onfray rejoint CNews pour une émission co-animée par Laurence Ferrari