Publicité

France-Suède: "Un vol pur et simple", la presse suédoise fustige l'arbitrage

"Un scandale gigantesque", titre Aftonbladet, l'un des médias les plus populaires de toute la Scandinavie. Au lendemain de la victoire à la fois héroïque et controversée 34-30 de la France contre la Suède en demi-finale de l'Euro masculin de handball, vendredi 26 janvier, la presse suédoise ne décolère pas contre l'arbitrage et plus précisément la décision de valider le coup franc inscrit par Elohim Prandi dans l'ultime seconde du temps réglementaire. Un but qui semble enfreindre le règlement, qui prévoit que le tireur doit avoir une partie du pied en contact permanent avec le sol jusqu'à ce que le ballon soit lancé.

"La Suède aurait dû se rendre au poste de police situé à 900 mètres de là et porter plainte. Car il s'agissait d'un vol pur et simple", s'indigne Johan Flinck, éditorialiste d'Aftonbladet. Qui, après avoir interrogé des arbitres locaux, n'a aucun doute sur l'issue de la protestation émise par la fédération: "Ça n'aboutira pas".

"Résigné"

"On nous a volé un classique du sport suédois!", fustige de son côté Mattias Tengblad, plume du tabloïd Expressen. "Quant à savoir s'il s'agit de la meilleure mi-temps jamais jouée par les Suédois, je n'en dirai rien. Cela n'a plus vraiment d'importance, déplore-t-il. Pour être honnête, j'ai l'impression d'être un peu résigné. (...) Ce qui était sur le point de devenir - oui, aurait dû devenir - un nouveau classique sportif suédois immortel s'est terminé par une déception par la grâce de Dieu".

"Un scandale tout simplement incompréhensible", a-t-il conclu, après avoir ironisé sur l'excellente performance du gardien suédois Andreas Palicka, sous contrat au Paris Saint-Germain. "Personne ne sait s'il aurait été le bienvenu à Paris si la Suède l'avait emporté. Peut-être lui aurait-on retiré son permis de travail sur-le-champ".

Le passé des arbitres refait surface

Au sein du Dagens Nyheter, le journaliste Jens Littorin est perplexe. "Les arbitres qui jugent les meilleurs joueurs du monde doivent connaître le règlement", souligne-t-il. Un propos qu'il complète par une réflexion sur le choix "notable" de confier le match aux arbitres macédoniens Gjorgji Nachevski et Slave Nikolov.

Les noms de ce duo réputé sont la cible de soupçons dans une enquête sur des matchs truqués en 2016 et 2017. D'autant que Gjorgji Nachevski est le fils de Dragan Nachevski, limogé en mai dernier par la fédération européenne de handball, là aussi en lien avec des informations sur de possibles matchs arrangés. L'éditorialiste reste néanmoins prudent: "J'ai du mal à croire qu'il s'agisse d'un cas de match truqué. Lorsque j'ai vérifié les mouvements des cotes autour du match vendredi soir, on m'a dit qu'il n'y avait pas eu de grandes fluctuations dans les principales sociétés de paris".

À défaut d'obtenir gain de cause, l'équipe suédoise va sans doute repartir d'Allemagne avec une hausse significative de son capital sympathie auprès de son public. C'est l'avis d'Anders Lindblad pour Svenska Dagbladet: "Toutes nos excuses au football et au hockey-sur-glace. Le handball a l'équipe nationale la plus populaire à l'heure actuelle".

Article original publié sur RMC Sport