"La France ne devrait pas exister" : la TV russe propose des "frappes préventives" et critique Macron

Un député de la Douma a de son côté estimé que la disparition de la France ne serait pas un drame. "La France existait, et maintenant elle n’existe plus, est-ce que ça dérangerait qui que ce soit?", a-t-il lancé, sans contradiction.

Toujours plus loin. Habitués aux saillies provocatrices et aux menaces à peine voilées, les invités du programme de Vladimir Soloviev, diffusé sur la chaîne publique Rossiya-1, franchissent toutes les limites.

Ce lundi, les participants du jour semblaient cette fois extrêmement remontés contre la France et Emmanuel Macron, qui la semaine passée a promis l’envoi de blindés à destination de l’armée ukrainienne. Alors que le débat porte sur la co-belligérance supposée de l’état français dans le conflit ukrainien, Soloviev, propagandiste en chef du Kremlin et va-t-en-guerre assumé, a proposé de directement frapper la France.

"Nous devrions faire une guerre préventive. Macron fournit des tanks, moi je ferais des frappes préventives contre la France en tant que belligérant", a-t-il lancé.

"Est-ce que ça dérangerait qui que ce soit?"

Sur le plateau, ses convives, bien loin de calmer leur hôte, abondent pour la plupart dans le même sens. Parmi eux, Andrey Gurulyov, un ancien général de l'armée russe à la retraite, désormais député de la Douma, chambre basse de l'Assemblée fédérale de la fédération de Russie, va même encore plus loin.

"La France ne devrait pas exister. La France existait, et maintenant elle n’existe plus, est-ce que ça dérangerait qui que ce soit?", commence-t-il.

"Si on frappe la France une fois, ce sera la fin de tout ça. Tout le monde aura peur, je vous le dis, personne ne voudra aller en Ukraine. Pas besoin d’engager notre potentiel stratégique, nous avons assez d’armes pour détruire la France ou la Grande-Bretagne", ajoute Gurulyov.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Sur Twitter, la séquence a été reprise et partagée par Anton Gerashchenko, conseiller officiel de Volodymyr Zelensky.

"Attention, France!", prévient-il, "les propagandistes menacent d'une frappe préventive."

Ce n'est pas la première fois que cet homme politique de 55 ans propose de bombarder les villes européennes. En avril dernier, déjà à la télévision russe mais dans des propos repris par le Daily Express, ce même député avait estimé que si une Troisième guerre mondiale éclatait, alors Londres devait être visée en premier lieu.

"La première à être touchée sera Londres. Il est clair que la menace pour le monde vient des Anglo-Saxons", avait-il menacé.

Menaces fréquentes

De manière générale, les convives de Soloviev qui menacent les pays européens de frappes, préventives ou non, sont légion. Fin avril 2022, ce dernier n'avait pas hésité à proposer d'utiliser les missiles Sarmat - les nouveaux missiles balistiques russes pouvant transporter jusqu'à 10 têtes nucléaires, et raser un pays grand comme la France ou le Royaume-Uni.

En accompagnement de ces menaces, une présentatrice avait listé le temps qu'il faudrait à l'un de ces missiles pour toucher une ville européenne.

"Il va de Kaliningrad à Berlin en 106 secondes. De Kaliningrad à Paris en 200 secondes", et jusqu'à Londres "en 202 secondes", expliquait-elle.

La multiplication de ces menaces télévisées n'est pas un hasard. Alors que l'issue du conflit est de plus en plus incertaine pour l'armée russe, ces passages provocateurs seront découpés et traduits dans les pays concernés. La télévision russe en est bien consciente et s'en sert pour faire passer différents messages aux Occidentaux.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Que cela vous plaise ou non, la Russie est en train de s'agrandir": l'effrayant Nouvel an de la télévision russe