Publicité

« La France n’a rien fait pour nous aider » : la colère de la fille de l’homme tué par balle à Dijon

Un impact de balle dans une vitre d'un immeuble résidentiel, visé par des tirs, à cause d'un point de deal, à Dijon.  - Credit:- / AFP
Un impact de balle dans une vitre d'un immeuble résidentiel, visé par des tirs, à cause d'un point de deal, à Dijon. - Credit:- / AFP

Après le choc, la sidération. Un homme de 55 ans est mort, tué par balle dans son sommeil, à Dijon dans la nuit de samedi 25 à dimanche 26 novembre. Une rafale de tirs, qui visait un point de deal dans son immeuble, l'a mortellement touché.

Sa femme et ses enfants ont échappé aux balles. Une fois les tirs terminés, sa famille a découvert son corps, inanimé, dans son lit. « Quand ça s'est calmé pendant deux minutes, on est allés le voir, et on a vu qu'il était mort », témoigne sa fille, âgée de 23 ans, sur TF1.

La jeune femme, sous le choc, est sidérée que rien n'ait été fait pour aider les habitants de son quartier, et de son immeuble, à sortir de cette situation d'insécurité permanente. Car ce n'est pas la première fois que le domicile familial est touché par des tirs. Il y a quatre ans, déjà, des balles atteignaient leur appartement situé au premier étage. Elle constate, désabusée : « On se doutait bien que ça finirait par arriver. […] La France n'a rien fait pour nous aider. Personne n'a rien fait ! »

À LIRE AUSSI Trafic de drogue : pourquoi la liste des « victimes collatérales » ne cesse de s'allonger

Une unité de CRS spécialisée

Ce sentiment d'avoir été délaissés touche l'ensemble des habitants de ce quartier de Dijon, englué dans le trafic de drogues. « Il y a un groupe de dealers qui traîne là et fait sa petite vie », confie auprès de TF1 une autre habitante.

Après le drame, la CRS 8, l'unité de CRS spécialisée dans le maintien de l'ordre, a été envoyée [...] Lire la suite