France : le nombre d’enfants autistes augmente

France : le nombre d’enfants autistes augmente

Mardi 10 mars, Santé publique France a publié deux études sur la prévalence des troubles autistiques chez les enfants. Des résultats inédits.

Avoir une photographie précise du nombre de personnes autistes en France n’est pas chose aisée. Afin de mieux cerner la prévalence de l’autisme à l’échelle nationale, Santé publique France a publié des chiffres précis mardi 10 mars dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). Deux études viennent d’être publiées, elles pointent une augmentation du nombre de personnes autistes en France. Aujourd’hui, l’appellation des troubles autistiques et des troubles envahissants du développement sont en constante évolution. Le BEH rappelle que le terme de trouble du spectre de l’autisme se caractérise par “un déficit de la communication et des interactions sociales, ainsi que par des comportements ou des intérêts restreints et répétitifs”.

Dans le détail, la première étude couvre les départements de la Haute-Garonne, l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie. Selon le rapport, les registres des handicaps de l’enfant ont mis “en évidence une augmentation considérable de la prévalence au cours des 15 dernières années” pour des enfants de 8 ans, nés entre 1995 et 2010 et ayant reçu un diagnostic de TSA au plus tard entre 2003 et 2018. “De la génération des enfants nés en 1995-97 à celle des 2007-09, la prévalence de l’ensemble des TSA est passée de 2,3 à 7,7/1 000 pour la Haute-Garonne, et de 3,3 à 5,6/1 000 pour le registre des handicaps de l’enfant et observatoire périnatal de l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie”, note le Bulletin épidémiologique.

Les hommes davantage touchés

Des chiffres confirmés dans une seconde étude publiée par Santé publique France. Elle se base sur les chiffres de recours aux soins et prend donc en compte 119 260 personnes en 2017. “On observe une augmentation régulière de la prévalence sur la période étudiée 2010-2017, plus marquée chez les hommes”, rapporte le BEH. En sept ans, l’augmentation a presque doublé passant de 9,3 pour 1 000 en 2010 à 18,1 pour 1 000 en 2017. Citée par Le Figaro, l’épidémiologiste Catherine Ha, qui a participé à la rédaction du rapport, souligne que ces chiffres pourraient être encore plus importants. “Les personnes âgées de plus de 15 ans sont sous-estimées dans l’étude car, à partir d’un certain âge, la prise en charge des personnes autistes se fait davantage dans le médico-social”.

Deux études qui pointent donc une augmentation des cas mais sans en aborder les raisons. Dans les colonnes du quotidien, l’épidémiologiste souligne que les plans autisme ont permis de mieux dépister les troubles. Avant de nuancer : “Mais cela n’explique peut-être pas toute l’augmentation. Les connaissances sur les facteurs de risques sont encore limitées. Une influence des facteurs environnementaux n’est pas à exclure”.