Publicité

La France dénonce une fois de plus la colonisation israélienne en Cisjordanie qui « doit cesser »

France Diplomatie point à nouveau du doigt les colonies d’Israël en Cisjordannie. Photo d’illustration : le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Sejourne.
ANGELA WEISS / AFP France Diplomatie point à nouveau du doigt les colonies d’Israël en Cisjordannie. Photo d’illustration : le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Sejourne.

INTERNATIONAL - « La colonisation doit cesser ». Le ministère des Affaires étrangères pointe à nouveau ce mardi 2 février la colonisation israélienne en Cisjordanie. « La France dénonce fermement les propos inacceptables du ministre israélien des finances, M. Bezalel Smotrich, appelant à l’approbation de plans en vue de la construction de 3 300 nouvelles unités de logements dans plusieurs colonies de Cisjordanie », a ainsi déclaré France Diplomatie dans un communiqué.

Jeudi 23 février, Bezalel Smotrich avait en effet annoncé qu’Israël avancerait les plans de construction de plus de 3 000 logements en territoire occupé en Cisjordanie. Les colonies israéliennes de Maale Adumim et Kedar, à l’ouest de Jérusalem, ou encore celle d’Efrat, au sud de Jérusalem, sont notamment concernées.

Cette déclaration a été présentée par le ministre comme une réponse forte à une fusillade meurtrière perpétrée plus tôt dans la journée : trois jeunes palestiniens ont ouvert le feu dans un embouteillage près d’un poste de contrôle entre Jérusalem et la ville de Maale Adumim, faisant un mort et huit blessés.

« Que ce soit clair pour tous les terroristes qui envisagent de nous attaquer : la moindre agression contre des citoyens israéliens entraînera un coup mortel et la destruction, ainsi que la consolidation de notre emprise éternelle sur l’ensemble de la terre d’Israël », a alors rétorqué Smotrich.

Des propos dénoncés par Paris, qui réitère ce mardi « sa condamnation de la politique de colonisation, illégale au regard du droit international, et appelle de nouveau les autorités israéliennes à s’abstenir de tout nouveau projet de création ou d’extension de colonies dans les Territoires palestiniens occupés ».

« La colonisation est un obstacle majeur à une paix durable »

« La poursuite de la colonisation est incompatible avec la création d’un État palestinien viable et contigu. En plus d’être un obstacle majeur à une paix durable, cette politique est également source de violences et de tensions sur le terrain », estime encore le ministère, alors que les violences se sont multipliées en Cisjordanie depuis le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza le 7 octobre. « La colonisation est contraire au droit international et doit cesser », insiste France Diplomatie.

Paris avait déjà exprimé cette position il y a quelques jours lors d’audiences internationales sur les conséquences juridiques de l’occupation par Israël de territoires palestiniens depuis 1967, devant la CIJ, la plus haute juridiction de l’ONU.

Lors de la guerre de Six Jours en juin 1967, Israël s’est emparé de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est au détriment de la Jordanie, du plateau du Golan au détriment de la Syrie, de la bande de Gaza et de la péninsule du Sinaï au détriment de l’Égypte. Israël a ensuite commencé à occuper les 70 000 kilomètres carrés de territoires arabes saisis, occupation déclarée ensuite illégale par les Nations unies.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre Israël-Hamas, Kylian Mbappé... Qu’attendre de la rencontre entre l’émir du Qatar et Emmanuel Macron

Guerre Israël-Hamas : un accord pour une trêve à Gaza est très proche, affirme Biden