Publicité

France-Chili: comment le Vélodrome va accueillir Alexis Sanchez

Pendant que l’attaquant français Kylian Mbappé (25 ans) s’attend à être sifflé par le Vélodrome, son adversaire chilien Alexis Sanchez (35 ans) sera comme à la maison ce mardi soir (21h) à Marseille lors du match amical entre la France et la Chili. El "Niño Maravilla" (l’enfant prodige), qui s’est entraîné lundi avec ses coéquipiers de la sélection à La Commanderie, n’a laissé que de bons souvenirs aux supporteurs marseillais, tous rencontrés lundi soir dans le Foot Indoor de Marseille La Valentine (13011), veille de France-Chili.

Mathieu, retient "sa classe, sa grinta, ses buts" et avoue nourrir d’" énormes regrets" d’avoir vu l’OM le laisser partir. Anthony, maillot noir du Sporting Club de Toulon sur les épaules mais amoureux de l’OM, se souvient de "son engagement pour Marseille", un maillot qu’il a porté et représenté avec "fierté". A ses côtés, Yanis est plus partagé: "C’est vrai qu’il y avait un OM avec Sanchez et un autre sans lui, mais il y a aussi un peu de rancœur car il est parti sans que l’on sache vraiment pourquoi…"

"S’il veut revenir, on le reprend!"

Son cas a animé, c’est vrai, le mercato marseillais de l’été. Trop gourmand et trop long à se décider? Pas adapté au style de jeu de Marcelino et non désiré par l’entraîneur espagnol? Les versions varient selon les interlocuteurs. Finalement, Alexis est parti… Et Tony, n’a pas compris: "Il me manque. Dans le jeu, je préférais Sanchez à Aubameyang. Dans les remises, dos au jeu, dans les appuis, c’était un joueur complet je ne comprends pas pourquoi on ne l’a pas gardé, surtout pour le voir désormais chauffer le banc de l’Inter… Je pense que Pablo Longoria nous a un peu embrouillés. Alexis nous avait impressionnés." "D’ailleurs, s’il veut revenir, on le reprend!", lance Laurent, avec son maillot de l’OM aux trois bandes, celui de la grande époque.

Une ovation, ou un peu de rancœur suite à son départ?

Laurent espère d’ailleurs que le Vélodrome réservera un "super accueil" à l’attaquant chilien. Jérémy, avec son maillot rouge du Réal Madrid, est d’accord: "Il faut une ovation car il nous a fait une sacrée saison, que personne n’avait fait avant, sauf des grands noms. On sera là pour le soutenir." "Il mérite des applaudissements", confirme Gillian. "Malheureusement on aurait dû tout faire pour le garder, lui aussi aurait pu faire les efforts nécessaires, donc il ne faudra pas en faire trop non plus."

La question divise deux collègues, David et Lucas, qui viennent de finir leur match de "futsal". David penche plutôt pour "une petite ovation, même si l’histoire s’est mal finie". Lucas souligne qu’"il y a un peu de nostalgie mais qu’Aubameyang a su le remplacer". Il voit même le Vélodrome… siffler un peu Alexis Sanchez, à cause de cette incompréhension liée aux vraies raisons de son départ. Des doutes et incompréhensions qu’Alexis Sanchez, capitaine de sa sélection, aurait pu dissiper en venant en conférence de presse, veille de France-Chili. L’ancien attaquant de l’OM a préféré décliner pour ne pas être confronté… au sujet qui fâche.

Article original publié sur RMC Sport