Publicité

France-Angleterre: des Bleus héroïques l'emportent au finish et finissent deuxièmes du Tournoi

Ce 111e Crunch est parti dans tous les sens. D’abord sur de bons rails, puis climatisé par une vague anglaise au retour des vestiaires, le XV de France s’est arraché pour obtenir sa première victoire à domicile dans ce Tournoi des VI nations (33-31). Un succès qui s'est dessiné dans les derniers instants de la rencontre, sur un ultime coup de pied de Thomas Ramos qui a donné deux points d'avance aux hommes de Fabien Galthié. Un court avantage qui fut néanmoins suffisant pour faire chavirer le public du Groupama Stadium, autorisé à s'enflammer quelques instants plus tard, à l'issue d'une édition pourtant bien mal embarquée pour le XV de France.

>> Revivez France-Angleterre (33-31)

L'éclair de Le Garrec

Sous les yeux d’Antoine Dupont, les Français avaient envie d’en découdre face au XV de la Rose, en reconquête un an après la déroute historique et les 50 points infligés par les Bleus à Twickenham. Une envie symbolisée par le coup d’envoi donné trop rapidement par Thomas Ramos. Requinqués par le succès en terre galloise la semaine dernière (24-45), les joueurs de Fabien Galthié ont mis le couteau sous la gorge de leurs adversaires, étouffés par l’impact des avants français, redoutables sur les ballons portés en début de partie.

C’est pourtant l’Angleterre qui a ouvert le score sur une pénalité de George Ford, consécutive à une faute en mêlée de Uini Atonio (0-3, 12e). Mais la domination tricolore a finalement payé sur un modèle de relance de plus de 80 mètres. Après une touche contrée par François Cros, Gaël Fickou s’est échappé avant de servir Léo Barré. L’arrière a parfaitement résisté au retour de la défense et a décalé Nolann Le Garrec, auteur de son deuxième essai en une semaine pour sa deuxième titularisation (10-3, 21e).

Morts de faim, les Tricolores ont mis les Anglais au supplice en transition en les poussant à la faute. Une nouvelle fois aligné à l’ouverture, Thomas Ramos a bonifié l’avance des Bleus grâce à son 100% au pied pour conforter l’avance française (16-3, 38e). Sous l’eau, le XV de la Rose s’est pourtant relancé avant la pause sur un modèle de lancement conclu par Ollie Lawrence, qui a sanctionné la seule erreur défensive des Bleus, en tête de six points à la pause (16-10, 40e).

Les Bleus ont montré du caractère

Sur la lancée de sa fin de première période canon, l’Angleterre a fissuré le mur bleu dès le retour des vestiaires pour reprendre l’avantage sur un doublé de Lawrence (16-17, 42e). Si solide dans les 40 premières minutes, la défense tricolore a totalement sombré pour encaisser un troisième essai en moins de dix minutes après le gros travail de Marcus Smith, auteur d’une entrée décisive (16-24, 47e).

Les finisseurs sont finalement entrés en piste pour sauver la situation et réveiller le XV de France, qui a encaissé un cinglant 21-0 en sept minutes. Grâce notamment à l’apport des frères Taofifenua, les Français ont remis les pendules à l’heure. À l’orgueil, la France a rendu la monnaie de sa pièce à l’Angleterre en plantant deux essais en quatre minutes pour repasser devant. Léo Barré a inscrit son premier essai international (23-24, 56e), avant que Gaël Fickou ne vienne ajouter du piquant à une rencontre qui n’en manquait pas (30-24, 60e).

Dans une fin de match irrespirable, Thomas Ramos a manqué l’occasion de laisser les Anglais à neuf points en manquant sa première tentative du match (72e). Cet échec a laissé le XV de la Rose dans le coup. Les Anglais en ont même profité pour reprendre les devants sur un essai en coin de Tommy Freeman (30-31, 75e). Vexé par son échec, Ramos a finalement offert la victoire à la France grâce à une pénalité transformée à près de 50 mètres (33-31, 79e). Trois points précieux qui offrent la deuxième place aux Bleus. Une belle place après des débuts délicats dans le Tournoi, marqués par une lourde défaite face à l’Irlande et un nul face à l’Italie.

Article original publié sur RMC Sport