Publicité

François-Xavier Bellamy avoue ne pas avoir choisi Emmanuel Macron face à Marine Le Pen en 2022

En 2022, l’eurodéputé avait déjà affirmé qu’il choisirait Éric Zemmour en cas de duel face à Emmanuel Macron.

POLITIQUE - François-Xavier Bellamy ne veut pas dire pour qui il a voté au deuxième tour de l’élection présidentielle 2022. En revanche, la tête de liste LR pour les élections européennes est d’accord pour dire que ce n’est pas vers Emmanuel Macron que son vote s’est porté. Invité ce lundi 25 mars sur France inter, l’eurodéputé a effectivement préféré tracer une frontière nette avec le chef de l’État, plutôt qu’entre lui et Marine Le Pen.

« Je n’ai jamais choisi Emmanuel Macron parmi les candidatures qui étaient présentées à l’élection présidentielle », a d’abord affirmé le Versaillais, expliquant qu’il ne voulait pas « être enfermé dans un deuxième tour perpétuel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ». Une formulation qui a fait tiquer la journaliste Sonia Devillers, qui a relancé François-Xavier Bellamy à plusieurs reprises sur son choix de l’entre-deux-tours 2022. « On ne va pas rompre le principe de l’isoloir, moi je n’ai pas voté pour Emmanuel Macron, c’est tout ce que je peux vous dire », a répondu la tête de liste.

Sans surprise, son refus de réfuter un vote en faveur de Marine Le Pen a fait bondir ses adversaires politiques, qui rappellent que ce même François-Xavier Bellamy s’était dit prêt à voter pour Éric Zemmour en cas de duel avec Emmanuel Macron en 2022. « Pourquoi ne pas rejoindre dès à présent Marine Le Pen si déjà vous votez pour elle ? », l’interpelle sur le réseau social X le député Renaissance Mathieu Lefèvre.

Marine Le Pen peut savourer

« On attend encore la réponse », ironise de son côté le compte de campagne de Valérie Hayer, en référence à la réponse alambiquée apportée par le candidat LR. « Une tête de liste LR qui dit préférer Zemmour à Macron, puis dit être fière de n’avoir jamais voté Macron face à Le Pen. Vraiment le parti qui l’a investi s’appelle Les Républicains ? Décidément, il est peut-être temps de changer leur nom et s’appeler directement le RN », s’est indignée de son côté l’eurodéputée écologiste Karima Delli.

Si on peut reconnaître une certaine constance chez François-Xavier Bellamy, peu enclin à se désolidariser d’une extrême droite qui apprécie son profil, cette sortie à de quoi interroger dans le contexte où Les Républicains cherchent à récupérer leurs électeurs partis chez Renaissance, au point d’avoir fait l’objet d’un vibrant appel de la part du président du parti, Éric Ciotti, lors d’un meeting de campagne samedi.

Quant aux électeurs LR tentés par le RN, on voit mal désormais ce qui pourrait les retenir, si même leur tête de liste refuse d’exclure l’hypothèse de porter Marine Le Pen à l’Élysée. Et que la numéro 2 de la liste, Céline Imart, s’est dite en meeting « fière, plus que jamais, de n’avoir jamais voté pour Emmanuel Macron, ni en 2017, ni en 2022 ». Marine Le Pen peut savourer.

À voir également sur Le HuffPost :

Européennes : les centristes de l’UDI, alliés de LR au Sénat, rejoignent le camp Macron

Européennes : Malika Sorel-Sutter rejoint le Rassemblement national après avoir soutenu Fillon ou Villepin