Publicité

Un Français retrouvé pendu au Paraguay, le parquet de Toulouse ouvre une enquête pour "meurtre"

Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête après la mort suspecte du Français Florian Géraud au Paraguay. L'homme de 43 devait y tourner un documentaire sur l'expropriation des terres subie par les Indiens Guaranis.

Une information judiciaire pour "meurtre" a été ouverte à Toulouse suite à la découverte du corps d'un Français de 43 ans au Paraguay, a indiqué ce jeudi 18 janvier le parquet à l'AFP.

Le vidéaste et agent immobilier Florian Géraud a été retrouvé pendu le 4 janvier à Asuncion, la capitale du Paraguay, où il voulait réaliser un documentaire. Originaire de l'Ariège, il était parti le 11 décembre pour enquêter sur l'expropriation de terres dont sont victimes les Indiens Guaranis. Logé chez un ami franco-paraguayen, Florian a disparu le soir du réveillon.

Des images de surveillance montrent le Français, qui avait fini la soirée seul après avoir fêté le Nouvel an avec son ami, sortir à deux reprises dans Asuncion. S'il revient une demi-heure après sa première sortie, il disparaît après la seconde, son téléphone montrant une dernière connexion à 04h44. Son corps sera retrouvé trois jours plus tard, pendu dans une ancienne pizzeria, à cinq kilomètres de son logement.

"Asphyxie mécanique"

Selon le parquet paraguayen, sa mort est "le résultat d'une asphyxie mécanique". Le chef adjoint des homicides, le commissaire David Delgado, indique que le corps "ne montrait pas de trace de violence préalable". Le parquet a assuré lundi à l'AFP que l'enquête "n'exclut aucune hypothèse". Le résultat complet de l'autopsie "n'est pas encore disponible. Cela pourrait prendre jusqu'à 45 jours. L'extraction de données du téléphone et d'autres procédures sont toujours en cours. L'enquête se poursuit", a assuré la procureure Carla Rojas.

"Sa mort est liée au reportage"

Sous le choc, la famille de Florian ne croit pas à la thèse du suicide. "Ce n’est pas un garçon dépressif. Ça marchait bien pour lui, professionnellement et dans sa vie privée. Il s’entendait bien avec tout le monde. Il n’y a aucune raison pour qu’il se suicide", a témoigné son père auprès de France 3 Occitanie.

Dans les colonnes de La Dépêche, la mère de la victime se dit convaincue que "sa mort est liée au reportage". "J'ai cherché sur Internet et je me suis aperçu qu'au Paraguay, la relation entre les gros cultivateurs et les peuples indigènes expropriés est un sujet extrême sensible", explique-t-elle.

"On devait partir précisément le 4 janvier pour visiter la région. On avait déjà filmé des Indiens devant le bâtiment de l'institut national indigène", complète son ami Edgar Santander, avec qui il devait tourner le documentaire.

S'il ne croit pas non plus à un suicide, le Franco-Paraguayen de 50 ans révèle quelques informations sur la santé mentale de son ami. "J'ai expliqué au procureur qu'une fois, à l'été 2023, Florian avait eu des idées noires", raconte-t-il à La Dépêche, ajoutant que "dans l'étui de son téléphone retrouvé sur lui, il y avait la carte de visite d'un centre psychologique, à Foix".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Mort de Marwan Berreni : l'acteur de 34 ans retrouvé pendu dans une maison abandonnée